Frustration à Campbellton après le report de la construction d’une école de 23 millions $

Le député de Campbellton-Dalhousie accuse le gouvernement de ne pas mettre ses priorités au bon endroit en retardant la construction de la nouvelle école primaire anglophone prévue dans cette communauté.

Parmi les projets coupés ou retardés que l’on retrouve dans le premier budget d’immobilisations du gouvernement conservateur de Blaine Higgs, on retrouve celui de la construction de l’école anglophone maternelle-8e année de Campbellton.

Annoncée en 2017, celle-ci doit avoir une capacité d’accueil d’un peu plus de 500 élèves.

Elle remplacera les écoles jugées désuètes de Tide Head et de Campbellton (Lord Beaverbrook et Campbellton Middle High School).

La construction de cette infrastructure de 23 millions $ devait débuter initialement en 2019 à Campbellton, plus précisément sur le site de l’ancien aréna Memorial Garden. Le projet n’est pas mort en soi, on parle plutôt d’un report d’au moins une année.

Ce report est d’autant plus inattendu qu’il survient alors que les travaux de préparation du terrain ont débuté. La Ville de Campbellton a même déboursé plus de 300 000$ pour mettre à jour le système d’eau et d’égout dans ce secteur, question de pouvoir accueillir la future bâtisse. Avec ce délai, celle-ci devra patienter plus longtemps pour percevoir les montants de taxes foncières du nouvel édifice. De l’argent très attendu pour la planification budgétaire.

La situation des écoles anglophones dans ce secteur, le député libéral de Campbellton-Dalhousie la connaît très bien. Guy Arseneault a été directeur de l’école Lord Beaverbrook pendant cinq années.

«Cette décision m’interpelle énormément, non seulement parce que ça survient dans ma circonscription, mais parce que je connais très bien les besoins. Je suis très fier de l’éducation qui est prodiguée dans ces trois écoles,. Par contre, on n’a vraiment pas l’environnement adéquat pour nos élèves. Le temps était venu pour nous d’avoir enfin une infrastructure adéquate, au même titre que les élèves d’ailleurs dans la province», explique le député pour qui la déception est palpable.

Il n’hésite d’ailleurs pas à remettre en doute les priorités du gouvernement de Blaine Higgs.

«Le premier ministre semble plus intéressé à parler de son plan pour baisser les prix de l’alcool à Campbellton que de parler des conditions d’apprentissage gagnantes pour nos élèves. Et il fait cela dans l’une des communautés ayant le plus haut taux de pauvreté chez les jeunes de la province. C’est pourtant évident où devraient être les priorités», indique M. Arseneault, promettant de se défendre bec et ongles pour faire renverser cette décision.

À l’Assemblée législative mercredi, il a d’ailleurs directement interpellé le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, sur la question.

Le ministre a justifié sa décision en invoquant devoir effectuer des choix difficiles afin de remettre de l’ordre dans les finances publiques, ce dont le précédent gouvernement n’a pas eu le courage de faire.

Ce projet est l’un des derniers pilotés par l’ancien député de l’endroit, Donald Arseneault. S’il se réjouit de voir que le projet du Centre d’excellence en santé mentale pour jeunes sera finalisé, il avoue être médusé par la décision des conservateurs de le retarder.

«C’est une décision décevante, qui ne fait aucun bon sens et qui ne tient aucunement compte des besoins des enfants. Je ne vois pas comment on en est venu à ne pas voir la nécessité d’aller de l’avant avec ce projet. Qu’est-ce qu’on va faire maintenant? Investir dans les écoles vieillissantes pour les faire durer un peu plus longtemps, jusqu’à ce qu’on décide de relancer le projet? Où est la logique économique dans cela?», s’exclame l’ancien politicien.

Au cours des quinze dernières années, entre Tide Head et Belledune, huit établissements scolaires ont été fermés dans le secteur francophone au profit de deux écoles primaires régionales (la Mosaïque du Nord et le Galion des Appalaches). Au niveau anglophone, on parle de trois fermetures et de trois autres en attentes, celles-là en vue de la nouvelle école régionale.