Brian Gallant quittera plus rapidement que prévu

Brian Gallant veut mettre les choses au clair. Il ne se représentera pas à la chefferie du Parti libéral du Nouveau-Brunswick. En annonçant sa démission hâtive vendredi après-midi, il se garde d’interférer dans le processus de sélection du nouveau chef.

L’ancien premier ministre quittera son poste lors du prochain caucus du parti, qui aura lieu dans les semaines à venir. M. Gallant avait précédemment indiqué qu’il demeurerait à la tête de son parti jusqu’à ce que son successeur soit élu.

Sa décision est prise depuis quelques semaines, assure le chef de l’opposition officielle. Mais des rumeurs circulaient. Autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Parti libéral, certains croyaient qu’il se représenterait.

«Puisqu’il y a plusieurs personnes à l’intérieur et à l’extérieur du parti qui me demandent, qui m’encouragent ou qui discutent à savoir si je me présente à nouveau comme chef du Parti libéral, je pense que c’est très important de mettre les choses au clair», a indiqué M. Gallant en conférence de presse, à Moncton.

Un comité de sélection pour choisir la ou le prochain chef a déjà été créé et le conseil d’administration de la formation politique doit se réunir prochainement. En démissionnant plus tôt que prévu, le politicien espère que son parti prendra des décisions éclairées au cours du processus de sélection.

Travailler en arrière-scène

Brian Gallant compte toujours demeurer député de Baie-de-Shediac-Dieppe jusqu’aux prochaines élections, mais ne se représentera pas. Il doute que l’actuel gouvernement réussisse à terminer son mandat dans un contexte minoritaire.

«Si ce gouvernement réussit à tenir quatre ans, les chances sont que je ne resterai pas en poste pendant tout ce temps, mais je ne crois pas que ce sera le cas», a-t-il précisé.

En fait, M. Gallant ne compte pas non plus faire le saut au fédéral. Il espère néanmoins travailler en arrière-scène.

«Je n’ai aucun plan de me présenter à un autre niveau de gouvernement. En effet, me retirer un peu, prendre un peu de temps pour me reposer, va faire du bien. Évidemment, je vais faire tout ce que je peux pour le Parti libéral, au niveau fédéral ou provincial, pour assurer qu’ils sont réélus au niveau fédéral et qu’on puisse former un gouvernement majoritaire comme parti politique aux prochaines élections provinciales.»

Avantages du bilinguisme

Lorsqu’il avait fait ses adieux comme chef du Parti libéral en novembre, Brian Gallant avait promis d’effectuer une tournée provinciale afin de sensibiliser les gens aux avantages du bilinguisme. Il s’agit d’une promesse qu’il compte tenir.

«Je ferai donc ce que je peux pour renforcer le sentiment d’unité de notre province, pour sensibiliser les gens aux avantages du bilinguisme pour notre économie et notre tissu social, pour écouter les préoccupations de certains citoyens du Nouveau-Brunswick quant aux effets négatifs perçus du bilinguisme sur nos vies et pour déboulonner publiquement certains mythes concernant le bilinguisme», a-t-il lancé.

L’ancien premier ministre veut rester neutre dans le processus de sélection du prochain chef. Il donne par contre un conseil à son successeur.

«Mon conseil est d’être prêt le plus rapidement possible pour les prochaines élections parce que le gouvernement pourrait tomber à n’importe quel moment», a conclu le politicien.

  • Avec la collaboration du journaliste Mathieu Roy-Comeau