Kevin Arseneau est la Personnalité de l’année 2018

NDLR: Comme le veut la tradition, l’Acadie Nouvelle profite du temps des Fêtes pour décerner le titre de la Personnalité de l’année à une Néo-Brunswickoise ou à un Néo-Brunswickois ayant marqué l’actualité. Les membres de la rédaction du journal ont tout d’abord été invités à répondre à un sondage, dont les résultats ont guidé les délibérations du comité éditorial. Parce qu’il s’est fait élire contre vents et marées, parce qu’il brasse la cage à Fredericton et parce que sa percée est symptomatique de la lassitude de l’électorat à l’égard des partis traditionnels, l’Acadie Nouvelle a décidé de décerner ce titre à Kevin Arseneau.

Militant, fermier, citoyen engagé, père de famille, conteur. Kevin Arseneau n’a jamais eu peur de porter plusieurs chapeaux. En 2018, il en a ajouté un à sa collection, soit celui de député provincial. L’Acadie Nouvelle est allée à sa rencontre à Fredericton.

L’après-midi vient à peine de commencer, un jeudi de décembre. Nous avons rendez-vous avec Kevin Arseneau dans son bureau, situé dans l’édifice voisin de l’Assemblée législative.

local est petit, avec à peine assez de place pour un bureau, deux bibliothèques et une couple de chaises. C’est pas les gros chars, comme dirait l’autre. Mais il a une fenêtre et des oeuvres d’art sur les murs. C’est déjà ça de gagné.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’année qui achève n’a pas été de tout repos pour cet agriculteur âgé de 33 ans.

Pour comprendre dans quel contexte débute 2018 pour lui, il faut reculer de quelques mois. À la fin septembre 2017, plus précisément, lorsqu’il a quitté la présidence de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick avant la fin de son mandat.

Peu après, il a annoncé qu’il souhaitait briguer l’investiture du Parti libéral dans la circonscription de Kent-Nord en vue des élections provinciales. Sa décision était étonnante, compte tenu de son passé de militant au sein du Parti vert et de ses convictions fermement ancrées à gauche.

Quelques semaines plus tard, les libéraux ont refusé sa candidature en expliquant que ses opinions et ses prises de position ne cadraient pas avec l’idéologie du parti.

L’année de Kevin Arseneau

Début de 2018. Kevin Arseneau vient de revenir d’un voyage au Cambodge avec sa famille. Son avenir politique est plus incertain que jamais et il est en pleine période de réflexion. Il multiplie les rencontres et les conversations.

Il fait un saut dans la Péninsule acadienne afin d’aller rencontrer l’auteur et philosophe Alain Deneault. Il se pointe aussi à une assemblée du Nouveau Parti démocratique, question de jaser avec ses membres.

«Pour moi, la politique ce n’est pas de la fidélité (à un parti). C’est une fidélité à des convictions, à vouloir changer les choses, à vouloir représenter les gens de ta circonscription. Je n’ai pas de fidélité à un parti. (…) Je n’ai jamais laissé entendre que je me présentais pour le NPD», explique-t-il.

En février 2018, il effectue un retour aux sources et annonce son intention de briguer l’investiture du Parti vert – une formation au sein de laquelle il avait oeuvré lors de la campagne de 2014 – dans Kent-Nord.

Les militants verts lui pardonnent d’avoir flirté avec les libéraux et le nomment officiellement candidat le mois suivant. Il se roule les manches sans attendre.

«J’ai tout de suite mis beaucoup de temps à monter une équipe dans la région. J’aurais aimé faire beaucoup plus que ce que j’ai réussi à faire avant la campagne. Mais la saison agricole est arrivée et je suis immergé là-dedans. C’était vraiment difficile. Je ne te mentirai pas, il y a des bouts pendant l’été où j’étais découragé.»

Ce découragement atteint son apogée vers la fin juillet, alors qu’une sécheresse sévit et que Kevin Arseneau manque de temps pour consacrer les heures qu’il faut à sa campagne et à la coopérative agricole dont il est le cofondateur.

«Un moment donné, j’ai même appelé David (Coon, chef du parti) pour lui dire “David, je reste candidat, mais je ne peux pas faire campagne”. Pour moi, c’était une grosse défaite.»

Mais les choses changent à l’approche du déclenchement de la campagne. Il recommence à y croire.

«On dirait qu’il y a eu un bouillonnement précampagne électorale. Et il y a du monde qui a commencé à sortir. Puis ça, ça m’a redonné toute la force dont j’avais besoin.»

La campagne est lancée en août. Avec l’appui de sa gérante de campagne, Marilyne Gauvreau, il commence, très humblement, par cogner aux portes de ses voisins. Sans surprise, ils sont contents de savoir qu’il se présente.

Petit à petit, il commence à faire du porte-à-porte plus loin de chez lui, entre autres là où il ne pense pas avoir la moindre chance de convaincre les électeurs de voter pour lui.

«Je travaillais – et excuse le langage – mais je travaillais fu***ng dur. Le matin jusqu’au soir. Cogne, cogne, cogne, cogne. Je cognais à une porte et je prenais des notes (pour les inscrire dans un programme informatique utilisé par le parti). Puis, je me disais “une dernière porte, une dernière porte, une dernière porte”. J’ai retrouvé mon beat de fermier, dans le sens que lorsque t’es fermier, t’es en train de désherber et le soleil commence à se coucher et tu te dis “un dernier seillon, un dernier seillon.” Et tu vas jusqu”à ce que tu ne voies plus rien. Puis après ça, j’embarquais dans mon char et je revenais à la maison.»

C’est après une couple de semaines de campagne qu’il commence à croire en ses chances de l’emporter. À son épouse, Rébeka Frazer Chiasson – qui a elle-même été la candidate du Parti vert en 2014 dans Kent-Nord – il dit qu’il pense que leur vie changera peut-être le 24 septembre.

La différence, il la voit lorsqu’il rencontre les gens en faisant du porte-à-porte. Il y a quelque chose qui se passe. Il le sent.

«Une madame de 94 ans me donne un hug et me dis “j’ai voté libéral toute ma vie, mais cette fois-ci, je vote pour toi”. Et ça arrivait partout. Dans des places que je ne pensais même pas avoir un vote. Je veux dire… Richibucto, c’est rouge, rouge, rouge. Je ne pensais pas avoir un vote-là, mais je faisais mon porte-à-porte et je sentais que le monde était prêt à voter vert. À Pointe-Sapin, le monde était prêt à voter vert.»

Même s’il gagne en confiance, il est loin d’être certain de l’emporter. Au cours des dernières décennies, la circonscription de Kent-Nord a longtemps été détenue par les libéraux (et pendant quelques années par la progressiste-conservatrice Rose-May Poirier).

Le 24 septembre, c’est enfin le moment de vérité. La soirée électorale, il la passe avec ses bénévoles et ses partisans. Pas question de faire une entrée grandiose lorsque les résultats sont connus pour cet agriculteur, qui se fait une fierté d’être près des gens.

«C’était long. C’était long parce qu’on attendait les résultats. Et moi, j’ai été confirmé l’un des derniers. C’était angoissant. (…) J’ai regardé ma mère un moment donné et je lui ai dit “je pense que je sais comment une crise de coeur feel”», dit-il en riant.

Personne ne se doute encore à ce moment que l’on assiste au premier épisode d’un véritable roman-savon politique qui va plonger la province dans l’incertitude pendant plusieurs semaines.

On connaît l’histoire. Les libéraux de Brian Gallant tentent ensuite de s’accrocher au pouvoir pendant quelque temps, mais échouent. Peu après sa chute, au début novembre, Blaine Higgs prend le pouvoir avec l’appui de l’Alliance des Gens du Nouveau-Brunswick.

Cravates et Joseph Goebbels, ou les hauts et bas d’une intégration

Depuis les élections, Kevin Arseneau trouve peu à peu ses repères à l’Assemblée législative, un milieu qui a son lot de codes, de conventions, de règles.

C’est tout un changement pour un militant comme lui, qui est connu pour son franc-parler et qui ne s’était jusque là jamais vraiment préoccupé du protocole et du décorum.

Rappelons qu’il avait été expulsé de l’Assemblée en 2015. À l’époque, il s’était présenté à la tribune à titre de membre de l’Union nationale des fermiers et s’était adressé aux députés. On lui avait montré la porte et on l’avait interdit de séjour (il a pu revenir à l’Assemblée après avoir été élu président de la SANB, en 2016).

Son intégration a parfois été plutôt cocasse, comme lorsqu’il a réalisé qu’il allait devoir porter une cravate en tout temps lorsqu’il siégeait en chambre.

«J’avais deux choix. Je pouvais essayer d’entrer ici la première journée, d’être rebelle, de ne pas porter de cravate et de dire “ça n’a pas d’allure, on ne devrait pas être obligés de porter la cravate.” Mais j’ai pensé “vous savez quoi, il y a une autre façon de voir ça.”»

Ce malaise par rapport à ce morceau de vêtement – dont il ne voyait pas l’utilité – il l’a partagé sur Twitter.

L’artiste cajun Zachary Richard a lu son tweet et lui a envoyé deux cravates par la poste.

Cela a ensuite donné l’idée à Kevin Arseneau de lancer un appel aux gens de sa circonscription de lui envoyer des cravates ayant une importance symbolique pour eux.

Son appel a été entendu. Lors du passage de l’Acadie Nouvelle dans son bureau, il nous a montré plusieurs cravates reçues des gens de Kent-Nord, dont une sur laquelle on peut lire un appel à interdire la fracturation hydraulique et une autre fabriquée à la main par des Autochtones.

Il a aussi reçu un noeud papillon aux couleurs de l’arc-en-ciel de la part de Diane Doiron, une résidente de Pointe-Sapin et ex-membre de la Marine royale canadienne (qui a été nommée Personnalité de l’année 2017 de l’Acadie Nouvelle) afin qu’il le porte lorsqu’il parle des enjeux liés à la communauté LGBTQ2+.

L’un de ses collègues de l’Assemblée, le député libéral de Saint-Jean-Havre, lui a même fait un cadeau à la blague.

«Ceci, c’est Gerry Lowe qui voulait juste se débarrasser de ses cravates. Il ne voulaient plus celles qui étaient vertes», raconte Kevin Arseneau en riant.

Mentionnons aussi au passage que lors de notre entrevue, il portait des souliers de cuir que l’on pourrait qualifier d’«habillés»…avec des bouts d’acier (que nous avons testé, question devoir s’il disait vrai).

Ses premiers pas à l’Assemblée ont cependant parfois été beaucoup moins ludiques.

À la fin novembre, il a dénoncé le «gros bon sens» auquel fait souvent référence le chef de la People’s Alliance of New Brunswick, Kris Austin, lorsqu’il propose de s’en prendre à certains acquis et droits des francophones.

Afin d’illustrer ses propos, Kevin Arseneau s’est servi d’une citation bien connue du ministre de la propagande de l’Allemagne nazie, Joseph Goebbels. Cela lui a attiré de nombreuses critiques.

Avec un peu de recul, il dit que sa seule erreur a été de citer sa source, une erreur qu’il qualifie de «déformation universitaire». Il ne regrette pas ce qu’il a dit, assure-t-il.

«Moi, la manière que je l’ai vécue, ç’a été de me poser des questions. Je conduis beaucoup, comme député. Je me bouches-tu la d’jeule et j’essaie d’être safe tout le temps, ou je continue d’essayer d’ouvrir les murs? Et d’ouvrir les murs, c’est pas facile. Puis tu te sens tout seul et tu te sens… c’est tough. C’est honnêtement tough, des fois.»

Avec quelques mois comme député derrière la cravate, il espère maintenant continuer de brasser la cage dans la capitale et de dire ce qu’il pense. Et peut-être de passer un peu de temps dans les champs lorsqu’il en aura l’occasion, lorsque la neige aura fondu.

«J’espère que le vendredi, des fois, en arrivant d’ici (Fredericton) je pourrai sauter dans le tracteur et faire un peu de travail. J’appellerai la gang et je dirai “touchez pas le désherbage mécanique, je le ferai en fin de semaine”.»

LE PELOTON DE TÊTE

NDLR: Lors des délibérations du comité éditorial élargi de l’Acadie Nouvelle afin de décerner le titre de Personnalité de l’année Acadie Nouvelle 2018, plusieurs noms sont revenus plus souvent qu’à leur tour. Voici quatre personnes qui, à défaut d’avoir été choisies, ont tout de même retenu notre attention.

Blaine Higgs

Le chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick ne l’a pas eu facile en 2018.

Tirant de l’arrière dans les sondages, il a eu de la difficulté à recruter des grosses pointures – notamment dans les régions francophones – afin de se joindre à son équipe à l’approche des élections.

Sa campagne électorale a débuté à un rythme de tortue et aura finalement été très peu mouvementée, peut-être l’exception du petit tour qu’il a joué à Brian Gallant lors du débat des chefs en sortant une déclaration sous-serment de son veston.

Le 24 septembre, les résultats n’ont pas été ceux qu’il espérait puisqu’il n’a pas pu faire élire au moins 25 députés, ce qui lui aurait permis de prendre le pouvoir immédiatement.

Il a dû prendre son mal en patience pendant des semaines, le temps que Brian Gallant tente en vain de s’accrocher au pouvoir. C’est finalement Blaine Higgs qui a eu le dernier mot. Il a été assermenté premier ministre le 9 novembre.

Patty Blanchard

La coureuse Patty Blanchard est comme certains grands vins et semble s’améliorer avec l’âge. Une chose est claire; elle a connu une année du tonnerre en 2018.

En février, cette athlète qui avait 60 a à l’époque a battu le record canadien (chez les femmes de 60 à 64 ans) du 1500m en salle à Oromocto et la marque du 15km sur route à Tampa Bay. En mai, à Fredericton, elle s’est à nouveau dépassée et a amélioré le record canadien du 10km sur route.

Si cela avait été tout, ç’aurait déjà été très bien, mais Patty Blanchard en a rajouté. Lors des Championnats du monde vétérans d’athlétisme, à Malaga en Espagne, elle a décroché deux médailles d’or et une médaille d’argent. Elle a aussi battu le record canadien au 5000m dans son groupe d’âge.

Sébastien Roy

Cet entrepreneur de la Péninsule acadienne a vraiment tiré son épingle du jeu en 2018. La Distillerie Fils du Roy – dont il est le copropriétaire – a brillé au Nouveau-Brunswick, sur la scène nationale et même à l’international.

En février, l’entreprise qui a pignon sur rue à Petit-Paquetville et à Saint-Arsène, au Québec, a lancé le premier whisky single malt néo-brunswickois.

En mai, le Gin Thuya – le produit le mieux connu de la distillerie – a remporté une double médaille d’or, la plus haute distinction, au San Francisco Spirits Competition. Il s’agit d’un événement d’une grande importance dans l’industrie des spiritueux.

En octobre, Fils du Roy a remporté le Prix de l’entreprise émergente et le Prix du public lors de la soirée des Prix d’excellence en affaire de la Chambre de commerce du Grand Moncton. En novembre, la distillerie a décroché le Prix de l’engagement communautaire lors de la cérémonie des Grands prix du tourisme canadien.

Sylvain Couturier

Le directeur général du Titan d’Acadie-Bathurst a réalisé un tour de force en 2018.

Le 13 mai, l’équipe qu’il dirige a mis un terme à sa 20e saison en remportant le deuxième championnat de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) de son histoire. À la maison, devant plus de 3500 partisans, rien de moins.

Quelques jours plus tard, le Titan s’est rendu à Regina pour participer au 100e tournoi de la Coupe Memorial, rassemblant les meilleures équipes de hockey junior au pays. Une fois de plus, la formation a livré la marchandise.

En finale, l’équipe l’a remporté 3-0 contre les Pats de Regina pour soulever la Coupe Memorial pour la première fois de son histoire. Un moment historique pour cette équipe qui, doit-on le rappeler, oeuvre dans le plus petit marché de la Ligue canadienne de hockey.