La magie du froid anime les chutes de Grand-Sault

Les personnes qui ont bravé le temps froid, mercredi soir, en circulant à pied ou en voiture aux abords des chutes de Grand-Sault ont eu droit à une scène hors de l’ordinaire.

Les conditions météorologiques qui étaient alors réunies en fin de journée ont fait en sorte d’offrir aux passants un spectacle visuel qui est loin d’être disponible à longueur d’année.

Un épais brouillard, qui était visible au loin dans le ciel de Grand-Sault, a ainsi recouvert les chutes et les alentours de cet endroit prisé des résidents et des visiteurs de passage.

Seuls de puissants projecteurs installés au-dessus du barrage hydroélectrique d’Énergie NB permettaient de deviner la présence des chutes et du cours d’eau rendus invisibles pour l’occasion.

Ce phénomène, que les scientifiques nomment la fumée de mer arctique, se crée lorsqu’il y a une différence importante entre la température de l’eau et celle enregistrée dans les airs, a expliqué Jill Maetea, d’Environnement Canada.

«Il se produit lorsqu’il y a passage d’un anticyclone et que l’on ne retrouve aucun vent ni nuage dans le ciel», a précisé la météorologue.