«Le plus beau cadeau de Noël» à Brantville

Rosemande Landry ne s’était jamais considérée comme une personne très religieuse, mais aujourd’hui, la femme de Brantville croit que ce qui lui est arrivé relève du miracle!

Depuis quelques semaines, Rosemande Landry et son mari, Aldoria, sont bien au chaud dans leur maison de Brantville qui a entièrement été remise à neuf grâce à un élan de générosité de la population.

«Crois-tu aux miracles? Moi j’y crois. Si je ne croyais au Bon Dieu avant, maintenant j’y crois», lance-t-elle.

Mme Landry ne peut plus travailler depuis cet été en raison d’une grave blessure subie au travail. Pire encore, au début décembre, son mari Aldoria, amputé des deux jambes, a reçu un diagnostic de cancer.

Rosemande Landry n’oubliera jamais les circonstances qui l’ont poussé à lancer un cri du coeur sur Facebook, en décembre. Elle cherchait surtout un poêle à bois pour chauffer leur maison, qui n’était pas isolée.

«On était en train de geler à l’intérieur. J’ai perdu la carte. Je dormais avec un manteau, il faisait très froid.»

Ce serait un euphémisme de dire que leur modeste demeure avait grandement besoin de rénovations.

«Il y avait de la moisissure dans les murs, il y avait un trou dans le plafond et il n’y avait pas d’armoires ni d’eau. Le poêle ne fonctionnait pas et j’avais seulement une plaque chauffante. Nous n’avions même pas de chaises pour nous asseoir, seulement des petits bancs. Je ne demandais pas beaucoup.»

La même semaine, par pur hasard, elle a vu passer devant chez elle, Michelle Aubie, une femme de Bathurst qui traversait le Nouveau-Brunswick à pied avec une croix géante sur le dos. Selon un article publié récemment sur un site internet pro-vie, cette femme a entrepris cette marche pour affirmer sa foi chrétienne.

Rosemande Landry ne sait pas ce qui l’a interpellé, mais elle a décidé d’aller à sa rencontre. «Je ne suis pas très religieuse. C’est une drôle d’histoire, mais j’aime la raconter. Cette femme m’a pris par la main et elle a fait une prière. Elle m’a dit que j’allais passer un joyeux Noël et que j’allais rencontrer une bonne personne.»

Un élan de générosité

Le cri de coeur lancé par Mme Landry n’est pas passé inaperçu. Il a notamment été entendu par Gaston Doiron, un bon samaritain de la communauté avoisinante de Rivière-du-Portage. Le 15 décembre, un message publié par M. Doiron sur sa page Facebook a été partagé plus de 1000 fois.

Rosemande Landry est aussi reconnaissante pour les efforts déployés par ses amies, Twyla Comeau et Anabelle Godin, par l’entrepreneur en construction, Roy Sonier, ainsi que par tous les autres bénévoles.

Leur mobilisation a permis de rénover l’intérieur de la maison. Les bénévoles ont été invités à venir voir le résultat final, lors d’une petite cérémonie, le 23 décembre.
«Je suis encore émue par la générosité des gens. Je n’ai pas assez de mots pour remercier les gens et leur dire ce que je ressens. Ç’a été le plus beau cadeau de Noël.»

Lors de cette cérémonie, il y avait tellement de monde à l’intérieur que le couple ne s’était pas rendu compte de certains détails, comme l’ajout de nouveaux lampadaires dans la cuisine.

«Avant, il y avait seulement des bulbs.»

Un casse-tête de moins

Aldoria Landry doit commencer ses traitements contre le cancer sous peu. Le fait d’avoir une maison rénovée allège légèrement le fardeau, affirme Mme Landry.

«Je vais pouvoir me concentrer sur sa santé. Les problèmes financiers, on peut toujours vivre avec, mais la maison était un casse-tête pour nous. Il y a un fardeau de moins, surtout avec tous les rendez-vous à Moncton et à Bathurst qui s’en viennent. J’ai eu quelques bons d’achat pour m’aider avec l’essence. Je vais pouvoir me concentrer sur la santé de mon homme.»