Union des forces de gauche: une idée accueillie tièdement

Le souhait exprimé par Kevin Arseneau de voir le NPD et le Parti vert réfléchir à un éventuel rapprochement est accueilli tièdement par les chefs des deux formations politiques. Le Nouveau-Brunswick ne semble donc pas sur le point d’être le théâtre d’une union des forces de gauche.

Le député vert de Kent-Nord, Kevin Arseneau, ne le cache pas; il pense qu’il est temps pour les verts et les néo-démocrates de s’asseoir à la même table afin de voir s’ils peuvent collaborer davantage.

«Je pense honnêtement que le NPD et le Parti vert devraient faire quelque sorte de rassemblement. Je ne sais pas sous quelle forme», avait-il dit au passage, le mois dernier, lors d’une entrevue de fin d’année avec l’Acadie Nouvelle.

Son commentaire, aussi intrigant soit-il, avait été écarté lors de l’écriture parce qu’il ne cadrait pas du tout avec le reste du reportage. Nous avons donc contacté Kevin Arseneau cette semaine pour revenir là-dessus.

En gros, il nous a expliqué que s’il pense que ces deux partis pourraient peut-être éventuellement travailler ensemble, c’est parce qu’ils ont beaucoup de choses en commun.

«J’ai souvent des atomes crochus avec les gens qui s’impliquent avec le NPD et je sais qu’il y a des gens du NPD qui ont des atomes crochus avec les gens qui s’impliquent au Parti vert.»

Il sait bien qu’il existe plusieurs modèles, au Canada comme ailleurs, pour les politiciens de différentes allégeances qui veulent travailler ensemble. Fusion, coalition ou simple entente de collaboration; ce ne sont pas les options qui manquent.

Il trouve cependant particulièrement intéressante la voie empruntée par des politiciens de Grenoble, dans le Sud-Est de la France. Il s’agit du Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes, mené par Éric Piolle.

Cette alliance formée notamment de partis et d’associations a causé la surprise en 2014 en remportant les élections municipales devant le Parti socialiste. Kevin Arseneau est tombé sur cette approche il y a quelques années, alors qu’il étudiait en France.

«C’est une structure qui a permis à plusieurs groupes politiques, plusieurs partis politiques de s’impliquer sous la même bannière le temps d’une élection. Donc personne n’a perdu son identité à travers de tout ça.»

Les verts et les néo-démocrates du Nouveau-Brunswick pourraient se servir de ce modèle – qui permettrait d’atténuer les craintes des militants qui ont peur de perdre leur identité politique en se rapprochant d’un autre parti – comme point de départ pour réfléchir à leur avenir, dit-il.

Ils pourraient ensuite discuter aussi longuement que nécessaire pour voir quelle forme leur rapprochement pourrait prendre, concrètement parlant.
Développement conjoint de programmes, partage de ressources, ententes de non-compétition dans certaines circonscriptions. Ou même carrément la fusion. Toutes ces options pourraient être sur la table et faire l’objet de débats, selon lui.

Pas très chauds à l’idée

Que pensent les chefs des deux formations concernées de cette réflexion lancée à titre personnel par Kevin Arseneau?

Le leader du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, ne voit pas ce qu’il gagnerait à se rapprocher du NPD.

«La question est pourquoi (se rapprocher)? À quelles fins? Nous sommes des partis pas mal différents. Donc… je ne vois pas ce qui justifierait cela.»

Selon lui, le NPD a démontré dans d’autres provinces au cours des dernières années qu’il n’est pas particulièrement environnementaliste.

Il remet d’ailleurs en question l’étiquette de formation de gauche que l’on colle très souvent au Parti vert.

«Il n’y a pas de question que les verts sont progressistes. Mais nous ne cadrons pas facilement dans le spectre gauche-droite parce qu’une partie de notre idéologie politique se trouve hors du spectre.»

La seule collaboration qu’il pourrait envisager avec le NPD serait de s’entendre, à la pièce, afin de ne pas présenter de candidats dans certaines circonscriptions.
«Ce genre d’entente pourrait être une possibilité. Tout dépendrait», dit-il.

Quant à la cheffe du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick, Jennifer McKenzie, elle ne ferme pas catégoriquement la porte à un éventuel rapprochement avec le Parti vert.

«Pour l’instant, il ne s’agit que des réflexions d’un député. Il n’y a pas eu de demandes formelles des verts pour lancer les discussions là-dessus. Je serais évidemment ouverte à l’idée de discuter, mais il faudrait que je passe par l’entremise d’un processus formel avec mon parti», dit-elle.

À l’instar du chef des verts, elle estime que leurs deux partis n’ont pas autant d’atomes crochus que le soutient Kevin Arseneau.

«Je partage les préoccupations de David (Coon) que les partis sont très différents. Ils (les verts) ne forment pas un parti de gauche, selon moi. C’est un parti environnementaliste avec un seul enjeu. Et sur d’autres questions de politiques publiques, ses positions varient énormément. Dans de nombreux cas, il est très conservateurs», tranche-t-elle.

Nous avons aussi parlé à l’autre députée verte élue le 24 septembre dernier, Megan Mitton, ce qu’elle pense des propos de son collègue Kevin Arseneau.

«Moi, comme individu, je pense qu’il est toujours important de réfléchir à de nouvelles idées, de discuter. Ça ne fait pas de tort de discuter des idées. Mais je ne vois pas de nécessité ou même les conditions pour avoir quelque chose à long terme, quelque chose de formel entre les deux partis», dit la représentante de Memramcook-Tantramar.

Elle est d’ailleurs du même avis que David Coon et Jennifer McKenzie sur les différences fondamentales entre l’approche et les idées des deux partis.

«Je pense que je suis d’accord avec les deux chefs qu’il y a des différences fondamentales entre les partis. Et j’ai choisi de joindre le Parti vert et d’être candidat pour le Parti vert pour des raisons. Le Parti vert a des valeurs, des principes très importants.»