Une mission presque impossible: 11 jours pour goûter à 26 burgers

Le Festival du burger du Grand Moncton effectue un retour en force pour sa deuxième année. Plus de restaurateurs et plus de burgers sont au menu dès le 16 janvier.

Une galette d’une demi-livre de bœuf Angus farcie de fromage cheddar et servie sur pain à la brioche, le tout garni de mozzarella, de tomates, de laitue et, évidemment, de huit tranches de bacon. Il s’agit de l’un des nombreux sandwichs proposés lors du deuxième Festival du burger du Grand Moncton.

Au total, les amateurs de bonne bouffe auront le choix de 26 burgers créés spécialement pour le festival dans autant de restaurants du 16 au 27 janvier.

«C’est près du double comparativement à l’année dernière», a lancé d’emblée l’organisateur de l’événement, Chad Steeves.

Certains des 14 restaurants qui ont participé au festival en 2018 ont vu leurs ventes augmenter de 25% comparativement à la même période en 2017. C’est énorme et c’est une des raisons pourquoi plusieurs propriétaires de restaurants ont décidé d’y participer cette année.

«Cette année, plusieurs restaurateurs qui ne voulaient pas participer l’année dernière seront du festival cette fois-ci, après avoir vu le succès du premier événement», a indiqué celui qui est aussi propriétaire du populaire restaurant Tide & Boar au centre-ville de Moncton.

En fait, l’événement était assez populaire l’an dernier que des gens sont sortis en plein verglas, enfilant les chutes sur les trottoirs du centre-ville, pour faire la queue dans certains restaurants participants.

Il y a même des établissements qui ne proposent pas de burger normalement qui en cuisineront un juste pour l’occasion. C’est le cas, par exemple, de Notre-Dame-de-Parkton et de Piatto, une pizzeria plus traditionnelle.

«Touts les burgers sont nouveaux. Il y a en de très bons! J’invite les gens à en essayer plusieurs et à les partager en allant de restaurant à restaurant!»

Seulement 11 jours pour goûter à 26 créations culinaires éphémères, la mission est presque impossible. Même l’organisateur du festival n’a pas été en mesure de se mettre sous sa dent chacun des 26 burgers.

«J’ai dû prendre les photos de ces repas. Ça m’a pris sept jours et chaque restaurant voulait me faire manger leur burger après les photos. J’ai dû trouver des façons originales de refuser», a-t-il souligné en rigolant.

Quoique les festivaliers soient invités à parler de leur burger préféré sur les médias sociaux, l’événement n’est pas un concours. Il s’agit d’une façon de faire sortir les gens durant une période plus difficile pour les restaurateurs et de créer un engouement hivernal pour cette industrie plutôt estivale.

«Le but de ce festival est vraiment de montrer que les restaurateurs de la région peuvent travailler ensemble pour faire de Moncton une meilleure destination culinaire. Un burger peut être gourmet comme il peut être simple. C’est quelque chose que tout le monde peut apprécier. Le but n’est pas de se faire compétition, mais de démontrer qu’on peut travailler ensemble pour faire grandir l’économie locale», a confié M. Steeves.

Une carte des restaurants participants sera offerte au centre-ville de Moncton et en ligne au www.monctonburgerfest.com.