Cannabis NB dévoile le détail de ses mises à pied

Cannabis NB a dévoilé le nombre exact de mises à pied ainsi que les succursales affectées par ces pertes d’emplois.

La société d’État annonçait, la semaine dernière, devoir mettre à pied tout près d’une soixantaine d’employés, et ce, environ trois mois seulement après l’ouverture en grandes pompes de ses 20 succursales partout en province.

Elle avait justifié cette décision en invoquant la réalité des opérations en magasin et la normalisation de la demande.

En somme, l’entreprise s’est ajustée au marché, il y avait tout simplement trop d’employés en fonction de l’affluence des clients. Au moment de cette annonce, elle avait cependant refusé de préciser quelles succursales étaient touchées et dans quelles proportions.

On apprend aujourd’hui qu’un total de 55 emplois – et non 60, tel que véhiculé au départ – sont passés sous le couperet. La compression la plus significative est survenue à la succursale d’Oromocto où un total de sept personnes ont été remerciées.

Suivent ensuite, avec cinq emplois supprimés, la succursale d’Edmundston ainsi que les deux points de vente de Fredericton.

Les magasins de Tracadie, de Miramichi, de Rothesay, de Sackville et de Saint-Jean (rue Lansdowne) ont perdu chacun quatre employés.

Les succursales de Campbellton, de Sussex et de St-Stephen en ont perdu trois.

Finalement, les deux magasins de Moncton ainsi que ceux de Bathurst et de Perth n’ont perdu qu’un employé chacun.

Aucune suppression ne s’est produite aux succursales de Dieppe, de Shédiac, de Richibucto et de Saint-Jean (succursale de l’avenue Rothesay).

Selon Marie-Andrée Bolduc, porte-parole de Cannabis NB, ces décisions ont été prises magasin par magasin, «sur la base des opérations courantes et le personnel existant, afin de garantir que la combinaison de rôles de chaque magasin était optimisée pour répondre aux besoins de l’entreprise», écrit-elle.

«Le nombre différent de membres des équipes est basé sur un nombre de facteurs pouvant différer d’un magasin à l’autre comme, par exemple, le trafic et la grosseur du marché», ajoute-t-elle, notant que chaque succursale ne compte pas nécessairement le même nombre d’employés.

Pour ce qui est des rappels, Cannabis NB dit avoir indiqué aux employés licenciés que si d’autres occasions d’emploi se présentaient chez elle dans le futur, il pourrait y avoir possibilité de réembauche.

Le total des ventes pour le premier trimestre devrait être dévoilé à la fin du mois.