Caraquet: le premier Festival du film maritime est lancé

C’est sous la mélodie des Gaillards d’avant — quintette emmené par Donat Lacroix — que s’est ouvert le premier festival du film maritime au Centre culturel de Caraquet. Plus de 300 personnes étaient présentes lors de la soirée de lancement, selon le directeur général du festival, Alain Boisvert.

Les amateurs de pêche et de merveilles des mers seront servis dans les prochains jours: toutes les œuvres qui sont à la programmation du festival seront présentées gratuitement au cinéma du Centre de Caraquet.

Les gens de la région peuvent ainsi visionner des films issus du cinéma marin, et ce, jusqu’à mercredi.

Afin d’accueillir convenablement le public, vendredi soir, des pâtisseries et des petites bouchées ont été préparées. En entrant dans la salle, une surprise de taille attendait d’ailleurs les invités.

Un homme déguisé en sirène a surpris le public. Muet, il s’exprimait à l’aide de carton.

Le public n’a pas hésité à se prendre en photo avec le personnage marin.

«C’est une idée bien originale», a fait remarquer une participante.

Importance de l’industrie de la pêche

Après la prestation musicale, plusieurs invités ont pris la parole, à tour de rôle, afin de souligner les tout premiers moments du festival.

Isabelle Thériault, députée de Caraquet, a tenu à «remercier le travail remarquable» des bénévoles, des organisateurs et de tous ceux qui travaillent dans l’industrie de la pêche.

Elle a terminé en soulignant l’engagement de la réalisatrice René Blanchar, qui est aussi la directrice de la programmation. «Elle a fait un travail remarquable», a-t-elle lancé.

Le député fédéral d’Acadie-Bathurst, Serge Cormier, est lui-même fils de pêcheur. Il a évoqué que l’industrie est d’une importance capitale pour la région.

«Malgré les hauts et les bas dans le milieu, on se joint ici avec cette belle cérémonie d’ouverture.»

Le vice-premier ministre et ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Robert Gauvin, n’était pas présent à l’événement. C’est son chef de cabinet, Claude Landry, qui a adressé un message au public en son nom. «Le ministre vous remercie d’avoir participé à ce début de festival.»

Une cérémonie dédiée aux femmes

Lors de son allocution, Mme Blanchar a remercié le travail accompli par la réalisatrice Claudette Lajoie-Chiasson. Elle a notamment réalisé Les femmes aux filets et Crab-O-Tango.

La cinéaste lui a pavé la voie en l’inspirant pour ses premières créations.

«On a décidé de dédier cette soirée aux mères et aux femmes», a-t-elle dit dans son discours.

Rachel Léger, qui a notamment été la directrice du Biodôme de Montréal, a été désignée comme présidente d’honneur. Elle a été la dernière personnalité à s’exprimer en coupant la pellicule de cinéma en guise d’ouverture officielle.

«Longue vie au festival!», a lancé Mme Léger.

À la fin de la cérémonie d’ouverture, dans le cadre des grandes retrouvailles du cinéma maritime, les deux films de Claudette Lajoie-Chiasson étaient présentés.

Merveilles des mers 3D, La pêche maudite et Chasseurs de phoques sont notamment aussi à l’affiche.