Jeux de la Francophonie: le fédéral ne donnera pas un sou de plus

Le premier ministre Justin Trudeau, qui passait jeudi une deuxième journée au Nouveau-Brunswick, n’a promis aucune nouvelle somme d’argent pour les Jeux de la Francophonie de 2021, dont l’organisation traverse des difficultés.

Lors d’une halte à la garderie Origins Natural Learning à Quispamsis, M. Trudeau a réitéré qu’Ottawa verserait le même montant que le gouvernement provincial, un dollar pour un dollar.

Le mois dernier, le nouveau gouvernement conservateur du Nouveau-Brunswick a annoncé que l’événement pourrait s’avérer trop coûteux pour la province. L’estimation des coûts serait passée de 17 millions $ à 130 millions $.

Le premier ministre Blaine Higgs maintient l’engagement initial de la province d’accorder 10 millions $ à l’organisation des Jeux, mais insiste que son gouvernement n’ajoutera pas un sou de plus.

Selon la soumission de départ, les deux gouvernements devaient payer chacun un maximum de 10 millions $. Les municipalités hôtes, Moncton et Dieppe, devaient ajouter 750 000 $ chacune et le solde serait absorbé par la vente de billets.

Les 9e Jeux de la Francophonie doit avoir lieu dans les régions de Moncton et de Dieppe à l’été 2021. On attend la participation de 3000 athlètes et artistes en provenance de plus de 50 États membres ayant le français comme langue commune.

Alors qu’il poursuit sa tournée canadienne préélectorale qui vise

à dynamiser les candidatures pour le Parti libéral, le premier ministre a rencontré des familles à la garderie de Quispamsis pour mettre en valeur l’Allocation canadienne pour enfants.

Il s’est assis avec de jeunes enfants qui apprenaient l’alphabet. Il a demandé aux enfants de dire leur prénom et la première lettre de leur prénom.

Le premier ministre doit se rendre jeudi soir dans le nord du Nouveau-Brunswick pour participer à une autre de ses assemblées publiques où il répond aux questions des citoyens.

La rencontre est prévue à 19h, à l’école secondaire James M. Hill, à Miramichi.