Regroupement au Madawaska: une évaluation pourra être menée

Le ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, Jeff Carr, a donné son accord à la mise en place d’une évaluation portant sur un projet de communauté rurale qui regrouperait les districts de services locaux de Saint-Jacques, Saint-Joseph et Saint-Basile.

Les promoteurs du projet ont reçu cette semaine un message du ministre indiquant qu’il avait demandé à son personnel de les accompagner dans ce processus.

«Je suis encouragé par le fait que vous avez déjà entamé des discussions avec des membres de mon personnel pour vous informer sur le processus de la création d’une communauté rurale. Soyez assuré que je suivrai les progrès de votre évaluation initiale avec intérêt», a indiqué le ministre Carr dans le document envoyé mardi.

La nouvelle a réjoui Jules Bossé, le représentant du DSL de Saint-Jacques au sein d’un comité qui multiplie les discussions depuis le printemps afin d’en venir à la création d’une nouvelle communauté rurale.

«On a fait nos devoirs! Cette étude nous permettra d’en savoir un peu plus au sujet du taux de taxation et d’avoir une projection des coûts qui seraient rattachés à ce regroupement, c’est de l’information qu’il nous faut avoir en main».

Selon lui, le statu quo n’a tout simplement plus sa place au sein des communautés concernées.

«Il n’y a pas de trottoirs, ni d’éclairage de rue ou d’aide gouvernementale disponible pour le réseau d’eau et d’égouts et la facture pour la surveillance policière et nos pompiers grimpe sans cesse. Les taxes ont augmenté alors que les services ont diminués», a affirmé Jules Bossé, au sortir d’une réunion de travail qui s’est tenue jeudi soir dans le DSL de Saint-Joseph-de-Madawaska.

«Les gens veulent en avoir pour leur argent et nous disent qu’il est temps que quelque chose se fasse. À elle seule, la taxe sur l’essence pourrait nous rapporter 300 000 $ annuellement», illustre-t-il.

M. Bossé ajoute que les DSL sont laissés à eux-mêmes lorsqu’il question de subventions ou d’être consulté par Fredericton.

Tout comme le projet similaire qui est mené dans les communautés voisines de Sainte-Anne-de-Madawaska et de Rivière-Verte, les promoteurs du regroupement municipal disent souhaiter voir l’étude de viabilité être réalisé ce printemps et la tenue d’un plébiscite à l’automne.

La population sera invitée à participer à l’exercice démocratique et à livrer ses impressions dans le cadre d’une réunion publique qui se déroulera ultérieurement.

Si elle voit le jour, la nouvelle communauté rurale compterait environ 3750 âmes, ce qui en ferait la deuxième municipalité en importance dans le comté de Madawaska, après la Ville d’Edmundston.