Parti libéral: Denis Landry confiant de remporter l’intérim

Denis Landry estime avoir de très bonnes chances de devenir le chef par intérim du Parti libéral du Nouveau-Brunswick la semaine prochaine.

Les députés libéraux provinciaux choisiront mardi celui ou celle qui se retrouvera aux commandes de leur parti jusqu’au congrès à la direction en remplacement de l’ex-premier ministre Brian Gallant.

M. Landry, le doyen de l’Assemblée législative, estime avoir 75% des chances d’obtenir la faveur de la majorité du caucus libéral.

«J’ai fait une cabale auprès de mes collègues et j’ai pas mal d’appuis. Si rien ne change, je suis assez confiant.»

Le député de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore est le seul élu libéral à avoir annoncé publiquement son intention de briguer la chefferie par intérim du parti. Il précise toutefois ne pas être le seul en lice.

«Je suis un des candidats», dit-il. «Il va y avoir une élection.»

S’il l’emporte, Denis Landry promet d’abord «de ramener l’unité dans le caucus» entre les différents camps qui pourraient s’être créés durant l’exercice.

«Je pense que ça ne sera pas difficile à faire.»

Par la suite, l’ancien ministre des Transports, des Ressources naturelles, de la Justice et de la Sécurité publique entend être un leader à l’écoute de ses troupes.

«Au lieu de donner les directives au caucus, je veux prendre mes directives du caucus. S’il y a des décisions à prendre, nous allons les prendre comme caucus et non comme individu.»

L’Acadie Nouvelle a contacté l’ensemble des députés libéraux pour savoir s’ils comptaient poser leur candidature pour occuper la direction par intérim du parti.

Quatorze d’entre eux, dont les anciens ministres Cathy Rogers, Benoît Bourque, Lisa Harris et Roger Melanson, ont indiqué au journal qu’ils ne se porteraient pas candidats.

Le leader parlementaire du parti et député de Campbellton-Dalhousie, Guy Arseneault, a préféré quant à lui ne pas dévoiler ses intentions.

«Plusieurs personnes m’ont posé la question, mais je ne veux pas parler publiquement de ce qui se passe à l’intérieur du caucus, sinon pour dire qu’on se rencontre la semaine prochaine pour discuter du sujet. Je sais qu’il y a des gens qui ont démontré publiquement leur intérêt pour le poste, alors on verra bien ce qu’il en ressortira», a indiqué M. Arseneault.

Le président du caucus libéral, Jean-Claude d’Amours, et les députés Brian Kenny et Monique LeBlanc n’ont pas répondu aux questions de l’Acadie Nouvelle.

Le président de l’Assemblée législative, Daniel Guitard, ne participe pas au processus de sélection du chef par intérim en raison de son devoir de réserve.

Les membres du Parti libéral choisiront leur nouveau chef permanent lors d’un congrès à la direction les 21 et 22 juin à Saint-Jean.

Denis Landry a été élu député pour la première fois en 1995. Après une défaite aux élections de 1999, il a été réélu à cinq reprises.

Avec la collaboration du journaliste Jean-François Boisvert.