Trois personnes d’une même famille ont péri dans un incendie à Longueuil

Trois personnes d’une même famille ont péri dans l’incendie d’un immeuble à logements à Longueuil. Les victimes sont un couple dans la quarantaine et une femme dans la soixantaine.

Les flammes ont pris naissance vers 2h15 samedi matin dans l’édifice de plusieurs dizaines de logements situé sur la rue Toulouse.

Onze personnes ont été blessées et transportées à l’hôpital, certaines pour soigner des blessures après avoir sauté du balcon pour échapper aux flammes, selon ce qu’a confirmé l’agent Ghislain Vallières du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL).

Un locataire manque toujours à l’appel, mais tout indique que cet individu n’était pas à son domicile lors de l’incendie.

Trois autobus ont été dépêchés sur les lieux pour maintenir les locataires de l’immeuble au chaud, alors que le mercure était descendu sous les moins 20 degrés Celsius au cours de la nuit avec le facteur éolien. Des équipes de la Croix-Rouge étaient notamment sur place pour leur apporter du réconfort et guider les sinistrés dans les démarches à suivre.

Les forts vents compliquaient considérablement la tâche des pompiers qui étaient toujours une centaine à combattre le brasier six heures plus tard. Le feu s’est finalement éteint vers 8h30, en matinée.

La glace formée par l’importante quantité d’eau utilisée pour combattre les flammes rendait aussi les déplacements difficiles, voire dangereux selon ce qu’a indiqué l’agent Vallières. Un important périmètre de sécurité, avec des remorques, a été établi dans ce secteur où se trouvent de multiples édifices à logements de 35 à 40 portes. Ce périmètre était formé des rues Toulouse, Périgny et Terrasse Turcotte.

Toutefois, aucune propagation du feu n’était possible entre les immeubles en raison des grands espaces de stationnements qui les séparent.

Des enquêteurs du SPAL étaient sur les lieux tôt ce matin afin de ramasser des informations de la part des personnes évacuées et des premiers répondants. Ils devaient poursuivre leur enquête à l’intérieur des décombres une fois qu’ils auraient gagné un accès sécuritaire aux lieux, car la structure du bâtiment a été fragilisée par les flammes et le poids de la glace.

Aucune hypothèse n’a été avancée pour expliquer cet incendie.