Le mercure amorce enfin une remontée… du moins en théorie

La nouvelle peut paraître surprenante alors que s’achève une autre période de froid mordant, mais elle a au moins le mérite d’être capable de réchauffer l’âme de ceux qui n’en peuvent plus de composer avec les rigueurs de l’hiver.

Un survol de certaines données météorologiques compilées par Environnement Canada au cours des 30 dernières années permet de constater qu’un mouvement à la hausse des températures moyennes s’amorce ces temps-ci un peu partout au Nouveau-Brunswick.

Il s’agit d’une première tendance du genre observée depuis la fin du mois de juillet, où le mercure tend à chuter en moyenne d’un petit degré au fil des semaines.

Avant de se réjouir trop vite, il faut bien prendre en considération le fait qu’il s’agit ici de moyennes quotidiennes des températures qui ont été enregistrées au cours des trois dernières décennies.

«On parle ici de moyennes quotidiennes, c’est un simple indicateur sur lequel il ne faut pas nécessairement se fier. Ça ne veut pas dire grand-chose, qu’il va maintenant commencer à faire plus chaud et que le mercure va automatiquement grimper un petit peu quotidiennement», a bien pris soin de préciser Julie Deshaies, météorologue chez Environnement Canada.

De fait, le Nouveau-Brunswick est justement sous l’influence d’une vague de froid qui devrait commencer à s’estomper lentement à partir de mardi.

D’ici là, les températures ressenties durant la nuit et tôt en matinée, lundi et mardi, pourraient chuter jusqu’à -30°C dans le nord de la province.

Ce temps froid cèdera sa place à un système dépressionnaire qui apportera des températures beaucoup plus douces durant la fin de semaine prochaine et à un mercure qui, samedi, sera une dizaine de degrés Celsius au-dessus des normales saisonnières.

Ce redoux sera toutefois précédé mercredi d’une tempête hivernale qui devrait laisser entre 10 cm et 35 cm de neige sur l’ensemble du Nouveau-Brunswick.

Durée de l’ensoleillement

S’il ne porte pas un nom particulier, ce phénomène météorologique du réchauffement soudain des températures moyennes quotidiennes enregistrées au Nouveau-Brunswick s’explique aisément par la durée de l’ensoleillement qui augmente chaque jour depuis quelques semaines.

«En fait, c’est une tendance observée sur plusieurs années, les températures peuvent tellement varier d’une journée ou d’une année à une autre. Je dirais que c’est quand même un bon signe que le printemps n’est pas si loin que ça», résume-t-elle.

Pour ceux que cela pourrait amuser, sachez que ce retour à des normales saisonnières à la hausse s’est amorcé il y a quelques jours, dans les régions de la Péninsule acadienne et d’Edmundston. Des endroits où la moyenne quotidienne du mercure en journée est passée de -6°C à -5°C.

À Moncton, il faudra patienter jusqu’au 17 février avant de voir pareille statistique s’appliquer et le thermomètre afficher une moyenne à la hausse et qui se situera à -2°C.