Le retour du projet d’un Canada français est-il possible?

Les propos de Denise Bombardier et les frappes de Doug Ford contre l’Ontario français ont généré en 2018 un élan de solidarité pancanadienne. Depuis, de nombreux acteurs de la francophonie ont soulevé la possibilité d’un retour du projet d’un Canada français. La question mobilise les chercheurs, dont Srilata Ravi et Claude Couture.

Le 31 janvier, Srilata Ravi participait à l’Université d’Ottawa à un panel d’experts réunis lors d’une journée de réflexion sur l’avant et l’après-Ford intitulée Vent de renouveau sur la francophonie canadienne, organisée par la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques. Originaire de Kolkata (Inde), la professeure de littérature française versée en matière de colonialisme a enseigné à Singapour et en Australie.

La littérature récente, a-t-elle déclaré en partant, «nous a révélé que les traces de la période coloniale britannique et de ses effets négatifs, notamment vis-à-vis des francophones, étaient toujours présentes dans la culture politique hégémonique au Canada».

À son poste à Edmonton, Claude Couture, professeur en sciences sociales d’origine québécoise et féru des questions postcoloniales a édité pendant dix ans la Revue internationale d’études canadiennes, précise. «Je ne suis pas surpris par les mesures de Ford en Ontario ou par ce qui se passe au Nouveau-Brunswick [soit la marginalisation des Acadiens] et qui va surement se produire bientôt en Alberta [avec le retour de la droite au pouvoir]. On n’est pas dans une lune de miel au Canada sur le plan linguistique. Ford n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe.»

Le chercheur situe le ressac anti-francophone dans la crise de l’énergie dans l’Ouest. «On est en période de transition et il faut arrêter de vivre sur l’exploitation du pétrole. Le mouvement anti-bilinguisme est lié à la panique économique. Les gens sont mécontents et les francophones sont leur cible préférée. Je le sens chez mes voisins.»

Panique économique et anti-bilinguisme

La professeure Ravi rappelle le passage obligé par les tribunaux pour tout développement en matière linguistique.

«Les institutions issues […] de la Charte canadienne depuis 1988 ont laissé les francophones hors Québec sans autre recours qu’un éternel processus de contestation judiciaire.»

«La décennie actuelle a été marquée dans l’Ouest et le Nord-Ouest par d’incessantes causes juridiques comme la cause Caron en Alberta, celle des parents en Colombie-Britannique et au Yukon.»

Durant cette période, note Claude Couture, le Québec a fourni son appui aux provinces et territoires pour freiner la création d’établissements scolaires et le développement du bilinguisme. Dans plus de 30 causes en appel jusqu’à la Cour suprême, le Québec aurait presque toujours pris position en faveur des provinces et territoires – donc en défaveur du bilinguisme.

«Sa défense de la francophonie, c’est d’abord de défendre le Québec et les prérogatives des provinces.»

L’effet négatif du Québec

Si les Québécois sont sérieux dans la défense du fait français au pays, poursuit-il, «ils devraient se regarder dans la glace et voir ce qu’ils ont fait à la francophonie depuis 40 ans». Claude Couture déplore l’approche passive de la Coalition avenir Québec, révélée dans une entrevue du chef François Legault et citée par Srilata Ravi.

Pour le chercheur, le chef Legault est «le nouveau [Maurice] Duplessis» et le Québec est entré comme d’autres provinces dans une période de populisme de droite. «Je n’y crois pas à ce parti et à son intérêt pour les communautés francophones. Ils ne vont rien faire.»

À preuve, le chef caquiste a récemment demandé à Ottawa de réduire la part d’immigration du Québec, signalant la continuité du repli identitaire. Il faudrait faire le contraire, indique le chercheur albertain.

«C’est une farce. Depuis 40 ans, il y a sept fois plus d’immigrants anglophones que francophones au Canada. La solution serait de continuer à se battre pour reconnaitre l’équilibre en immigration.» Mais pour la CAQ, les nouveaux arrivants représentent une menace aux valeurs québécoises, alors qu’ils sont une ligne de vie pour les communautés.

Dans son exposé, Srilata Ravi explique que «la contribution de l’immigration à la vitalité francophone est soit ignorée ou délaissée au détriment d’une identité regroupée dans la catégorie des descendants des peuples fondateurs.»

«Construire une solidarité la plus large possible»

Les deux chercheurs privilégient le concept d’une solidarité verticale et transversale, porteuse d’une reconnexion entre le Québec et les communautés, qui ferait une place aux immigrés francophones et aux francophiles.

«Sans eux, en Alberta, on n’aurait pas certaines institutions, soutient Claude Couture. Est-ce que le Québec va nous aider à faire ça? J’en doute. Ça continue comme avant, rien n’a changé.»

Grâce à l’immigration, la francophonie albertaine serait la troisième en importance hors Québec après l’Ontario et le Nouveau-Brunswick.

En 20 ans, ajoute Srilata Ravi, ce groupe a grimpé de 40% et «les inscriptions dans les écoles ont augmenté de plus de 260%. Quelque 268 615 Albertains parlent français et 86 705 d’entre eux ont indiqué le français comme première langue officielle.»

La meilleure façon de combattre le déséquilibre politique à l’origine du Canada, résume Claude Couture, est de construire une solidarité la plus large que possible. «Mais ce n’est pas comme ça que le problème est posé présentement. On n’a rien à attendre du Québec de Legault.»

Un cul-de-sac politique pour le Canada français

La réflexion de 31 janvier, à l’Université d’Ottawa, aurait toutefois été emportée par le vent de renouveau, selon l’avocat et ancien ministre québécois Benoît Pelletier, chargé de tirer les conclusions de la journée.

«À mon grand étonnement, plusieurs ont parlé de la renaissance du Canada français, alors que ce projet n’a jamais cessé d’exister, qu’il est encore présent dans l’inconscient. Moi, je n’adhère pas à ça, que le Canada français pourrait vraiment faire un retour sur le plan politique.»

L’ancien ministre québécois des Affaires intergouvernementales canadiennes reconnait cependant le momentum généré par les mobilisations de l’automne.

«On a vu un élan de solidarité partout au Canada. Il ne faut pas que cette énergie se perde et on a besoin d’une réflexion sur le sens à donner à la francophonie canadienne. Certains ont même parlé de refaire des États généraux un peu comme ceux de 1966 à 1969.»

Le gouvernement québécois comme catalyseur

Benoît Pelletier recommande l’organisation d’un grand forum sous l’égide du gouvernement du Québec réunissant «des francophones et francophiles de partout au pays» pour discuter d’avenir.

«Certains conférenciers ont dit que la [Fédération des communautés francophones et acadienne] (FCFA) du Canada devait assumer ce leadership politique. J’ai plaidé en faveur du Québec parce que ça prend beaucoup de moyens pour mener une large consultation. Le gouvernement a beaucoup plus de moyens financiers et d’action que la FCFA.»

Benoît Pelletier n’est pas fixé sur la volonté politique du gouvernement caquiste, après avoir entendu, dans un panel, les réflexions de la ministre québécoise responsable des Relations canadiennes, Sonia LeBel.

«La ministre a parlé d’une remise en question de la politique du Québec en matière de francophonie canadienne. Mais elle ne s’est pas engagée plus avant sur d’autres démarches.»