Denis Landry est le nouveau chef par intérim du Parti libéral

Le député Denis Landry a été choisi par ses pairs pour guider les destinées du Parti libéral jusqu’au congrès à la direction de l’été.

M. Landry a été élu chef par intérim du parti, mardi, par les membres du caucus libéral.

Le doyen de l’Assemblée législative devient du même coup le leader de l’opposition officielle.

Il remplace l’ancien premier ministre Brian Gallant qui a quitté la direction de son parti après la chute de son gouvernement.

Denis Landry a indiqué lors d’un point de presse à Fredericton qu’il a l’intention d’être à l’écoute de la population et des membres du parti.

«Il y a des gens qui sont un peu ternes et qui sentent peut-être qu’ils ont été mis de côté pour certaines raisons. Je veux aller voir ce qui se passe réellement sur le terrain et ce que nous pouvons faire pour ramener la bonne humeur dans le membership du parti.»

Le député de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore était le seul élu libéral à avoir annoncé publiquement son intention de briguer la chefferie par intérim du parti.

Les libéraux ont décidé de ne pas dévoiler l’identité du ou des autres candidats à l’intérim. Le nombre de voix reçu par Denis Landry n’a pas non plus été rendu public.

Le chef de l’opposition officielle entend obliger le gouvernement du premier ministre Blaine Higgs à rendre des comptes dans le sillage du dépôt de son premier budget le 19 mars.

«On ne s’en sort pas trop mal. Il y avait un surplus de 67 millions $ dans notre dernier budget. C’est difficile pour moi de prédire ce qui s’en vient, mais (les progressistes-conservateurs) disent qu’il va y avoir des coupes majeures. A-t-on besoin de faire ça? Non, les finances de la province ne sont pas si mauvaises», a-t-il confié.

M. Landry s’est dit prêt à collaborer avec tous les partis à l’Assemblée législative, sans toutefois cacher sa préférence.

«Ça sera probablement plus facile pour moi de travailler avec le Parti vert, mais je n’ai pas peur de travailler avec l’Alliance ou même de collaborer avec les progressistes-conservateurs. Mais ça ne veut pas dire que nous allons leur donner un passe-droit.»

Celui qui a été ministre sous Shawn Graham et Brian Gallant affirme d’ailleurs avoir «l’impression que c’est l’Alliance des gens qui dirige cette province», plutôt que le gouvernement progressiste-conservateur.

Malgré tout, Denis Landry n’a pas l’intention pour le moment de demander au président de l’Assemblée législative, le libéral Daniel Guitard, de revenir au bercail pour compliquer la tâche au gouvernement minoritaire de M. Higgs.

«On pourrait le laisser là pour une période de temps (…) pour nos besoins à nous autres. Tout de suite, ça fonctionne assez bien. À ce moment-ci, mon intention n’est pas de le ramener, mais nous prendrons la décision finale en caucus.»

Les membres du Parti libéral choisiront leur nouveau chef permanent lors d’un congrès à la direction les 21 et 22 juin à Saint-Jean.

Denis Landry a été élu à six reprises en tant que député à l’Assemblée législative.