L’Osti d’jeu fait une place à l’Acadie

Un populaire jeu québécois fait une place à l’Acadie.

Les créateurs de L’Osti d’jeu, les propriétaires du Randolph pub ludique à Montréal, ont été «surpris par l’engouement» de l’Acadie envers leur produit.

Avant d’aller plus loin, qu’est-ce que L’Osti d’jeu?

Il s’agit d’un jeu de cartes. Certaines sont rouges. D’autres sont noirs. Chaque joueur doit piger cinq cartes rouges sur lesquelles des mots ou des phrases loufoques sont inscrits. Le maître du jeu doit piger une carte noire sur laquelle on peut lire une affirmation incomplète. Les autres joueurs doivent la compléter en utilisant une de leurs cartes. Le maître du jeu doit alors voter pour la meilleure.

Le concept est si simple et efficace que plus de 200 000 copies de ce jeu ont été vendues sans compter ses extensions créées en collaboration avec des vedettes de l’humour comme François Pérusse.

Le 9 février, l’éditeur du jeu annonçait sur Facebook la création de 17 paquets de cartes d’extension portant sur les régions du Québec. Il n’était pas question d’aborder l’Acadie.

«Ce n’était pas dans nos plans, mais un peu avant d’annoncer les nouveaux paquets, on s’est fait approcher par un groupe humoristique acadien sur Facebook qui nous a mentionné qu’il aimerait bien voir une extension complète sur l’Acadie», a expliqué Lyne Bouthillette, responsable des communications au Randolph.

Ce groupe – Les Niaiseries acadiennes – compte plus de 42 000 amis Facebook.

Les créateurs ont tout de même procédé à l’annonce de ses 17 extensions sans inclure l’Acadie. Or, les Niaiseries acadiennes ont utilisé leur page Facebook pour inciter leurs «amis» à réclamer une 18e extension pour l’Acadie.

Quelques heures et 650 messages plus tard, l’éditeur du jeu a entendu leur appel.

L’entreprise montréalaise a cédé sous le poids de la pression populaire.

«On savait que notre jeu est populaire en Acadie, mais de voir tout le monde comme ça se mobiliser pour nous mettre de la pression… Ça n’a pas été difficile de nous convaincre.»

L’administrateur du site et de la page des Niaiseries acadienne, Maxime Doucet, soutient être inondé de demande pour un jeu du genre, mais à saveur acadienne, et ce, depuis des années.

«On reçoit beaucoup de messages dans lesquels les gens réclament quelque chose comme L’Osti d’jeu ou du moins une extension parce qu’il y a des régions de l’Acadie où c’est quand même assez populaire. Où le français domine, les gens aiment L’Osti de jeu», a confié à l’Acadie Nouvelle M. Doucet.

La balle est maintenant dans le camp des Acadiennes et Acadiens. L’éditeur a créé un formulaire en ligne où les gens sont invités à parler de leur région en expliquant ce qui est bien et ce qui l’est peut-être moins.

En somme, c’est la population qui créera les cartes de l’extension de l’Acadie.

«On veut s’assurer que les paquets de cartes des régions vont parler aux gens de ces régions. Il nous manque des référents en Acadie. Donc, on implique les joueurs.»

Il y aura ensuite un gros travail de triage à faire. Le nom des personnes qui auront suggéré les idées choisies sera inscrit sur les cartes. Ils recevront aussi le paquet d’une trentaine de cartes en cadeau dès la sortie du jeu cet automne.

Les gens derrière les Niaiseries acadiennes seront par ailleurs consultés par Randolph afin d’aider l’entreprise à valider certaines cartes.

Les propriétaires n’écartent pas l’idée de créer un jeu complet pour le marché acadien, mais ce n’est pas dans les plans immédiats.

«On ne sait jamais. On navigue encore sur la première vague de la demande initiale. On verra ce que ça va donner avec l’appui des Acadiens. Nous, au Randolph, quand un projet nous plaît et que ça passionne les joueurs, on est toujours ouvert à voir où ça va nous amener», a mentionné Mme Bouthillette.

Selon Maxime Doucet, l’extension acadienne de L’Osti d’jeu connaîtra une popularité indéniable.

«On sait que les gens, aussitôt qu’on voit le mot Acadie ou qu’on parle d’eux, ils vont se lancer sur le produit.»