Le principal conseiller de Justin Trudeau démissionne

L’affaire SNC-Lavalin a fait rouler une tête au bureau du premier ministre, et pas n’importe laquelle: le principal conseiller et ami de longue date de Justin Trudeau, Gerald Butts, a annoncé sa démission, lundi.

Il tire sa révérence en niant « catégoriquement » les allégations voulant que lui ou quelqu’un d’autre au bureau du premier ministre aurait fait pression sur l’ancienne ministre de la Justice et procureure générale Jody Wilson-Raybould, afin d’éviter un procès à SNC-Lavalin.

« J’ai servi l’intérêt public, et non celui d’individus. Je n’ai jamais servi les intérêts des sociétés privées. La vie est remplie d’incertitudes, mais de cela, j’en suis certain », a indiqué le bras droit de Justin Trudeau dans une déclaration écrite.

« Toutes allégations selon lesquelles moi ou un membre de notre personnel aurait fait pression sur la procureure générale sont simplement fausses », a ajouté Gerald Butts, disant qu’il est « dans les meilleurs intérêts du cabinet et de son important travail que je démissionne ».

Car « la réalité, c’est que ces allégations existent », et « elles ne peuvent pas et elles ne doivent pas en aucun cas faire obstacle au travail essentiel qu’effectue le premier ministre et son bureau au nom de tous les Canadiens », a-t-il fait valoir.

Il assure par ailleurs avoir toujours eu de bonnes relations avec l’ancienne ministre Wilson-Raybould, qu’il dit avoir encouragée à se présenter aux élections sous la bannière libérale en Colombie-Britannique.

« J’ai travaillé d’arrache-pied pour l’appuyer en tant que candidate et en tant que membre du conseil des ministres. De mon point de vue, notre relation a toujours été définie par le respect mutuel, la franchise et un véritable désir de travailler ensemble », a relaté M. Butts.

Le premier ministre Justin Trudeau, qui se fait mitrailler de questions depuis que cette affaire a éclaté, il y a maintenant plus d’une semaine, s’est tourné vers Twitter pour rendre hommage à son fidèle conseiller.

« Gerald Butts a servi notre gouvernement _ et notre pays _ avec intégrité, sagesse et dévouement. Je tiens à le remercier pour son service et son amitié indéfectible », a-t-il écrit en réaction au départ de celui qu’il connaît depuis ses années d’études à l’Université McGill.

Dans le camp conservateur, on signale que cette démission ne signifie pas que l’on peut passer à un autre appel. « Il doit quand même expliquer son rôle dans le scandale SNC-Lavalin! », a écrit le député Gérard Deltell sur Twitter.

Les néo-démocrates avaient réclamé peu avant la démission de Gerald Butts, lundi, l’ouverture d’une enquête publique sur l’affaire SNC-Lavalin, qui a véritablement plongé le gouvernement de Justin Trudeau dans l’embarras.

« Si ceci ne mène pas au déclenchement d’une enquête publique, je ne sais pas ce qu’il faudra. Un autre jour, une autre bombe dans ce scandale. Temps d’avoir la vérité », a écrit sur Twitter la députée Tracey Ramsey en commentant la démission de cette éminence grise.