Emploi: un nouvel outil pour les étudiants du Nouveau-Brunswick

En avril, environ 8500 jeunes néo-brunswickois obtiendront leur diplôme d’études postsecondaires et tourneront la page sur un pan de leur vie. Pour plusieurs, cette nouvelle étape marque le début d’une quête difficile: trouver un emploi dans leur province.

Pourtant, de nombreux employeurs n’arrivent pas à pourvoir des postes importants. Cette pénurie de main-d’œuvre coûte cher et les entreprises se disputent les jeunes travailleurs instruits.

Afin de remédier à la situation, le gouvernement provincial a développé une nouvelle initiative – Prêtpourl’avenirNB – qui permet aux étudiants d’apprendre leur métier sur le terrain, et ce, grâce à des stages rémunérés.

Durant leur formation, les étudiants peuvent donc commencer à se familiariser avec le marché du travail et leur employeur potentiel.

Selon Emily Blue, directrice générale de l’Alliance étudiante du Nouveau-Brunswick, le programme est un bon outil pour les jeunes néo-brunswickois qui veulent demeurer dans leur province.

«Les étudiants auront la chance d’établir des liens avec plusieurs secteur: affaires, à but non lucratif et public. Ce qui leur donnera les compétences et l’expérience nécessaires pour décrocher d’excellents emplois ici», dit-elle.

Les étudiants qui fréquentent l’Université St. Thomas, l’Université du Nouveau-Brunswick, l’Université de Moncton et l’Université Mount Allison peuvent profiter de ce projet. Des coordonnateurs sont en poste sur les quatre campus pour encadrer les intéressés.

Jacinthe Girard entame actuellement sa deuxième année à l’Université de Moncton, campus d’Edmundston. Elle étudie en psychologie en vue d’une carrière en art-thérapie.

Mme Girard tient à enrichir ses études le plus possible. Elle complète présentement un stage à la garderie Au coin des amis.

«L’université amène tout l’aspect connaissance et théorique, note-t-elle. Personnellement, arrivant moi-même du marché du travail, je sais que les employeurs s’attendent non seulement à ce que les diplômés aient les compétences requises, mais aussi une certaine expérience. Il est important de combiner les deux, sinon ça crée des insécurités.»

PrêtPourl’AvenirNB prévoit desservir plus de 50 étudiants lors de la prochaine session universitaire.