Le projet de piscine publique de Néguac prend déjà l’eau

La piscine publique annexée au Centre scolaire communautaire La Fontaine de Néguac n’a même pas encore vu une première goutte d’eau que la toile du projet semble déjà fuir de toutes parts. Ni le conseil d’éducation du District scolaire francophone Nord-Est ni le village n’étaient au courant des démarches du comité Piscine Néguac Alnwick.

«Farfelu». «Manque de sérieux». «Du rêve». «De faux espoirs». Le maire Georges Savoie n’a pas été tendre à l’endroit du projet piloté par Aline Robichaud.

«Nous n’avons pas été consultés et nous ne sommes pas prêts à y mettre une goutte d’eau! C’est un projet farfelu. Si c’était sérieux, peut-être que le conseil regarderait ça. Mais ça manque de sérieux. Ce n’est que du rêve qui donne de faux espoirs à la communauté», a-t-il accentué sur un ton qui ne laissait aucun doute à l’interprétation.

Le projet est de construire un complexe d’une superficie de 15 500 pieds carrés sur le stationnement qui donne sur le gymnase de l’école. Il comprend une piscine semi-olympique de 25 mètres, des vestiaires, une pataugeoire et une glissade. Il est évalué à plus de 5 millions $.

Les plans de l’architecte Jacques Boucher ont été confectionnés et remis récemment au comité, qui en a payé les coûts. Une option comprendrait une salle pour la famille qui ferait monter la facture à 5,5 millions $.

Si le maire voue le plus grand respect pour M. Boucher, M. Savoie est convaincu qu’aucun entrepreneur ne travaillerait sur les dessins actuellement proposés qui ne sont que des croquis. De toute façon, poursuit l’élu, Néguac a d’autres chats à fouetter pour l’instant, dont les réparations urgentes à l’aréna Sportplex (voir encadré), et il n’est pas question de dépenser un sou pour de faux espoirs.

«Je crois que ces gens n’ont aucune idée de ce que c’est une piscine», a-t-il poursuivi, visiblement irrité par la méthode de fonctionnement des porte-parole de ce projet.

Les récents événements ont laissé la présidente du conseil d’éducation du DSF-NE, Ghislaine Foulem, perplexe.

Elle affirme que l’organisation n’a eu aucune demande pour construire cette piscine sur le terrain géré par le district.

Et même si cette démarche est faite dans les prochaines semaines, ce concept ne fait pas partie des priorités du conseil, ajoute-t-elle.
«Ce n’est pas une question d’être pour ou contre. Il faut que nous soyons avisés si c’est quelque chose qui se trouve sur nos terrains. N’importe qui peut dire qu’on va faire ceci ou cela, mais si nous n’avons pas de demande… On ne fonctionne pas selon les choses qui se passent dans un café», a indiqué Mme Foulem.

Elle poursuit que si ce projet est bel et bien entamé, le conseil d’éducation du DSF-NE n’est certainement pas partie prenante pour l’instant.

«Nous ne savons pas comment fonctionnent les personnes qui s’en occupent. Elles doivent nous approcher, nous présenter leur projet et après, nous pourrons en discuter. Je le répète; nous n’avons jamais reçu de demande de ce groupe au conseil d’éducation du DSF-NE», insiste Mme Foulem.

La priorité est de trouver 1,5 M$ pour réparer le Sportplex

La priorité du village de Néguac est de trouver 1,5 million $ – et probablement plus – pour réparer l’aréna régional Sportplex qui ne cesse de causer de sérieux maux de tête aux élus et à la communauté.

«Nous devons trouver une façon de garder notre aréna avant de regarder pour une piscine que des gens ont rêvée sans avoir consulté personne», a mentionné le maire Georges Savoie.

Le Village essaie de trouver des partenaires qui financeront en tout ou en bonne partie les rénovations du centre sportif (ouvert en novembre 1991). Il y a notamment la toiture à changer.

«C’était un projet communautaire régional à l’époque, se souvient

M. Savoie. Ça incluait les DSL et la Première Nation de Burnt Church (aujourd’hui Esgenoopetitg). L’aréna a été construit, il ne faisait pas ses frais, il a été saisi et si le Village ne le ramassait pas, il n’y en avait plus. Financièrement, le Village n’a pas les moyens de faire ça, car c’est beaucoup d’argent. Nous devrons consulter les DSL.»

Néguac a commandé une étude sur les réparations nécessaires. Elle devrait être prête dans les prochains jours, a signifié le maire.