Caraquet modifiera sa politique sur l’usage des roulottes sur les terrains privés

Caraquet veut assouplir sa réglementation qui impose une limite d’une seule roulotte de voyage – sans occupant – sur un terrain résidentiel. Si le nouvel arrêté est adopté, les citoyens pourront utiliser leur véhicule récréatif sur leur terrain, mais ne pourrons effectuer des modifications extérieures.

La Ville de Caraquet a indiqué, lors de la séance du conseil municipal mardi soir, qu’elle devra d’abord envoyer une requête, avec plusieurs recommandations, à la Commission des services régionaux de la Péninsule acadienne (CSR-PA).

La Commission préparera par la suite une nouvelle résolution, qui sera dévoilée lors d’une consultation publique qui se tiendra le 11 mars à l’hôtel de ville. Une étape obligatoire avant le vote des membres du conseil.

Si tout se passe comme prévu, les propriétaires pourront utiliser leur véhicule récréatif sur leur terrain, pour y dormir pendant une chaude soirée d’été, par exemple.

Toutefois, ils n’auront pas la permission de le modifier ou d’y annexer un perron ou un patio.

Le maire, Kevin Haché, reconnaît que l’arrêté actuel est trop restrictif.

«À l’époque, on ne voulait pas que les roulottes deviennent des remises.»

Il avait indiqué, en janvier, ne pas vouloir «interdire» les roulottes sur les terrains, mais bien en «contrôler l’usage».

La municipalité voulait aussi éviter qu’on se retrouve avec un nombre trop élevé de roulottes dans les quartiers résidentiels. Par exemple, un résident pourrait installer sa roulotte trop près d’un voisin.

Beresford est l’une des municipalités de la région qui réglementent l’usage de roulottes sur les terrains résidentiels, permettant la présence deux à trois véhicules, selon la superficie du terrain.

Nouveaux incitatifs

Par ailleurs, Caraquet souhaite attirer de nouveaux citoyens en offrant des incitatifs financiers après la construction de nouvelles résidences sur son territoire.

Lorsqu’une famille sera installée depuis un an, la municipalité s’engage à rembourser la taxe municipale et la taxe sur les eaux et égouts pour la deuxième année d’occupation.

M. Haché a indiqué qu’il est devenu pratique courante pour les municipalités de la région d’offrir des incitatifs financiers pour attirer de nouveaux citoyens.

La municipalité de Grande-Anse offre depuis quelques années plus de 5000 $ en bons d’achats et chèques-cadeaux échangeables dans des magasins de la région. Le Village voisin de Saint-Léolin propose un incitatif similaire.

De son côté, Caraquet offrira également un incitatif financier aux nouveaux propriétaires pour les encourager à planter des arbres sur leur propriété.

Kevin Haché soutient ne pas avoir constaté une baisse notable de la construction résidentiel au cours des dernières années.

Selon le recensement 2016, la population de Caraquet a augmenté de 1,9 % entre 2011 et 2016. Le nombre d’habitants est passé de 4169 à 4248.