Les travailleurs du froid extrême

Un lundi de février dans le Grand Moncton, en incluant le refroidissement éolien, on ressent -28°C. Peu importe, le courrier doit être livré et les rues déneigées. Comment ces travailleuses et travailleurs font-ils pour composer avec les froids extrêmes?

Nicole Gallant livre le courrier pour Postes Canada depuis six ans. Selon les routes, son travail exige de marcher de 10 à 15 km par jour. Disons que les trottoirs enneigés, le froid et les journées plus courtes compliquent quelque peu son travail…

«L’été, il fait beau. On n’a pas besoin de s’habiller si chaudement. On peut marcher normalement sans trop se soucier des conditions. L’hiver, il y a la glace, la neige, le froid extrême et la pluie verglaçante», explique-t-elle à l’Acadie Nouvelle, café à la main, après une journée de travail.

Quand il fait trop froid, chaque postière ou postier a sa tactique. Celle de Nicole est de prendre plus de pauses.

«Je vais m’asseoir dans la fourgonnette pour me réchauffer avant de continuer», note-t-elle.

Sa sécurité et sa santé priment avant tout. Si c’est vraiment trop froid, elle rentre au bureau plus tôt. Les clients devront attendre une journée de plus avant de recevoir leur colis.

«Parfois, quand ça n’a pas d’allure, je retourne et je ramène le courrier pour le livrer le lendemain.»

Cette année, il n’a pas encore fait assez froid pour que Postes Canada suspende les opérations de livraison. Il y a deux ans, les employés – et non l’employeur – ont pris la décision de ne pas livrer le courrier lors d’une journée particulièrement froide.

«Ce ne sont pas les gérants qui ont décidé qu’on ne sortait pas, ce sont les employés qui ont décidé qu’il faisait trop froid. On n’a pas fait de livraison», se rappelle Mme Gallant.

Des rues et des trottoirs glacés

Il n’y a pas que le froid qui rend difficile le travail des postiers. Les rues et les trottoirs glacés – surtout cette année avec la pluie et les chutes de température qui ont suivi – peuvent entraîner d’importantes blessures. La postière a vécu pareille expérience en décembre.

«Je suis tombée sur mon côté gauche. J’étais toute bleue. Je n’ai pas été en mesure de livrer le courrier pendant une semaine parce que j’avais beaucoup de douleur», a confié Mme Gallant.

Elle note au passage qu’il est important pour les gens de bien nettoyer leur entrée de maison.

Les employés des travaux publics de la Ville de Dieppe prennent aussi de grandes précautions lorsque le mercure plonge. La municipalité fournit entre autres à ses employés des vêtements adéquats, et ce, des bottes au manteau.

«Lorsqu’il fait très froid, on évite les travaux qui exposent les employés au froid pour une longue période. Par exemple, aujourd’hui, les employés des travaux publics nettoient les bornes-fontaines et sont au chaud dans leur charrue», a souligné Annie Duguay, directrice des communications pour la Ville de Dieppe.

Lorsque les travaux sont urgents et doivent être exécutés même par grand froid, les employés sont invités à prendre plus de pauses afin de se réchauffer pour éviter les engelures.