Nouveau guide pour le camping au N.-B.

Marie-France Bornais aime le Nouveau-Brunswick, depuis longtemps. Sa nature diversifiée, ses gens, l’esprit d’accueil légendaire, sa culture, ses traditions et ses infrastructures ont séduit l’auteure de Québec qui publie un nouveau guide de voyage qui permettra de découvrir plus d’une centaine de terrains de camping et les nombreux attraits de la province.

Grande voyageuse et passionnée de camping, Marie-France Bornais publie son troisième guide de voyage, Le Nouveau-Brunswick en camping, aux Éditions de l’Homme. À seulement trois heures de route de chez elle, le Nouveau-Brunswick est presque à sa porte. L’auteure et journaliste du Journal de Québec y voyage donc régulièrement. À chaque visite, elle en apprend davantage sur cette province qu’elle affectionne tout particulièrement.

«Ce que j’aime c’est sa diversité au niveau des paysages et des attraits. On peut avoir autant l’option plein air et grande forêt en allant par exemple camper au Mont Carleton et en faisant de la randonnée, qu’on peut trouver des coins extraordinaires au bord de la mer. Encore là, on a deux options qui se présentent, on a la mer plus calme du côté de Northumberland et de la baie des Chaleurs et les grandes marées du côté de la baie de Fundy qui sont extraordinaires», a exprimé l’auteure au cours d’un entretien avec l’Acadie Nouvelle.

Celle-ci a été charmée par la qualité des terrains de camping et de leurs infrastructures, soulignant du même souffle, l’accueil des Néo-Brunswickois qui est à son avis exceptionnel tant du côté anglophone que francophone. C’est en découvrant de nouveaux endroits un peu en dehors des sentiers battus que Marie-France Bornais a eu l’idée d’écrire ce guide. Comme elle l’avait fait pour le Québec, elle a eu envie de faire connaître le Nouveau-Brunswick comme destination touristique pour les campeurs et les voyageurs. Elle a répertorié environ 110 terrains de camping dans lesquels elle a séjourné ou a visité. Elle a discuté avec leurs propriétaires afin d’offrir une description détaillée des terrains.

«Quand on veut prévoir des vacances, il y a beaucoup de choses qui font qu’on se retrouvera dans notre endroit de rêve ou qu’on se sera trompé. Je pense que les descriptions peuvent apporter beaucoup d’aide aux gens. Il y a des spécifications techniques que les campeurs ont besoin de savoir.»

Si l’on se fie aux résultats d’une étude du Conseil canadien du camping et du VR, paru en 2014, le camping a de nombreux adeptes en Atlantique, soit 21% de la population qui choisissent ce mode d’hébergement. On y a répertorié près de 400 terrains de camping pour cette région.

La richesse d’un voyage

Son guide de 224 pages est divisé en six régions: Restigouche et Appalaches, Chaleur et Péninsule acadienne, le littoral de Northumberland, Miramichi, la baie de Fundy et la Vallée du fleuve Saint-Jean. Pour chacune des régions, il y a une carte qui indique l’emplacement des terrains de camping et des points d’intérêt. Elle offre ensuite une description des attraits touristiques, suivi d’une section sur les terrains de camping incluant un aperçu des activités (pêche, activités nautiques, baignade, etc.) que l’on peut y pratiquer.

Un segment intitulé Marcher, pédaler et s’amuser suggère des sentiers de randonnées, des pistes cyclables et des festivals pour chacune des régions. Une icône indique même s’il est possible de recevoir des services en français. Pour chaque chapitre, elle a ajouté une section appelée couleur locale qui comprend des entrevues avec des personnalités du milieu, comme Antonine Maillet. On y retrouve aussi des légendes, des rencontres avec des artistes, quelques anecdotes et faits marquants de l’histoire.

«Quand on voyage, ce n’est pas juste des paysages qu’on voit, un endroit où manger, un site touristique ou un musée. Mais c’est aussi les gens et l’histoire. Ça va au-delà de juste se promener et de prendre des photos. Quand je voyage, je suis toujours à la recherche d’éléments historiques, de rencontres avec des gens qui ont marqué la région pour une raison ou pour une autre. C’est ça qui fait la richesse d’un voyage.»

Mme Bornais a voyagé partout dans la province dans tous les coins possibles et impossibles, cherchant ainsi à aller au-delà des lieux touristiques populaires comme le parc provincial Hopewell et la plage Parlee.

«Je suis allée me promener un peu partout dans la Miramichi, le Restigouche, la Vallée du Fleuve Saint-Jean et la Péninsule acadienne, même la partie du centre ou personne ne va comme Doaktown, Blackville et Boiestown. J’ai travaillé super fort pour bien connaître la province et bien découvrir ce qu’il y avait à offrir et en faire une synthèse.»

Parmi ses endroits favoris, il y a les îles de la baie de Fundy et le Madawaska pour la gentillesse des gens et leur art de vivre. L’auteure invite les voyageurs à découvrir des endroits de la province moins connus comme le Musée des pionniers de Grande-Digue, la région de la Miramichi, le Musée des Bûcherons à Boiestown, la gare patrimoniale de McAdam, la plage du parc provincial de Murray Beach et le Marché en plein air de Fredericton, ainsi que les routes pittoresques de la Vallée du fleuve Saint-Jean.

Marie-France Bornais est l’auteure du guide de voyage Le Nouveau-Brunswick en camping. – Gracieuseté: Annie Thériault Roussel