Crabe des neiges: la suspension de la certification de «pêche durable» demeure

Le Marine Stewardship Council (MSC) refuse de lever la suspension de la certification de «pêche durable» du crabe des neiges dans le sud du golfe du Saint-Laurent. La suspension est en place depuis l’an dernier, en raison du décès de 12 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le golfe, en 2017.

Jay Lugar, directeur de programme pour MSC au Canada, a reconnu que l’industrie et le gouvernement fédéral ont fait «un effort incroyable» en s’attaquant aux facteurs nuisibles à la santé des baleines noires.

«La réduction du nombre d’empêtrements et l’absence de mortalités en 2018 sont une preuve de ces efforts. Nous demeurons optimistes du fait que des efforts continus permettront à la pêche d’atteindre à nouveau les normes du MSC. Nous leur souhaitons du succès», a-t-il mentionné dans un communiqué de presse.

SAI Global, organisme ayant effectué l’audit de la pêcherie cet hiver, mentionne dans son avis de décision, publié lundi midi, «qu’il est trop tôt pour affirmer» que la pêche ne nuira pas à la restauration de la population de la baleine noire. Selon les données les plus récentes, il ne reste que 411 spécimens de l’espèce en voie de disparition.

SAI Global ajoute qu’elle a besoin de plus de données avant de conclure que les mesures prises par l’industrie permettront «fort probablement» d’atteindre les normes nationales pour la protection de la baleine noire.

«Les bienfaits à moyen et long terme des mesures en vue de renverser la tendance de déclin de la population de la baleine noire de l’Atlantique Nord ne peuvent pas être assurés basés sur une seule saison de mesures de protection», peut-on lire dans l’avis de décision.

SAI Global a aussi publié lundi un rapport de 147 pages détaillant l’ensemble de son enquête sur la pêche au crabe des neiges. Il avance notamment qu’il y a eu trois empêtrements de baleines avec des engins de pêche. Deux autres baleines ont été vues avec des cicatrices laissant conclure qu’il y avait eu empêtrement.

Déçus et frustrés

Les intervenants clés de l’industrie du crabe des neiges du sud du golfe du Saint-Laurent sont «déçus» et «frustrés» de la décision du MSC.

Gilles Thériault, président des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick, a affirmé lundi que l’industrie a «démontré que nous sommes en mesure de cohabiter avec les baleines noires de l’Atlantique Nord en pêchant le crabe des neiges de façon durable, écologique et innovatrice».

Les transformateurs demeurent convaincus que l’industrie a mérité sa certification de pêche durable en 2019.

«Il n’y a eu aucun décès de baleines noires de l’Atlantique Nord (BNAN) durant la saison de pêche 2018, grâce au travail acharné et au dévouement de nombreux joueurs clés de l’industrie et du gouvernement. Les mesures de protection mises en place… ont favorisé la naissance de sept baleineaux. C’est une excellente nouvelle pour la population des baleines noires qui démontre que nos efforts et nos mesures fonctionnent.»

Prix en 2019

La suspension aura-t-elle des impacts concrets sur la valeur du crabe pêché dans le golfe du Saint-Laurent? M. Thériault prend la question au sérieux. Il est optimiste à propos des prix en 2019, mais assure que ses collègues et lui seront en communication avec «tous les acheteurs de crabe des neiges de l’Amérique du Nord» afin de leur expliquer les démarches et les succès de la dernière année.

«Il faut faire le travail et il faut bien le faire. Il y a des sociétés et des compagnies qui ont des politiques stipulant qu’ils achètent seulement des fruits de mer certifiés. Nous, nous allons leur demander de faire une exception en leur expliquant tous les efforts qu’on fait pour cohabiter avec les baleines, les protéger et les aider à se rétablir.»

«En leur expliquant l’effort incroyable fait la première année, à la suite de la situation de 2017, on va espérer qu’ils voudront continuer à vouloir faire affaire avec nous.»

Les pêcheurs de crabe des neiges du Nouveau-Brunswick prendront le large au printemps, dès que la fonte des glaces le permet. Plus de 19 000 tonnes de crabes ont été pêchées au Nouveau-Brunswick en 2017, soit l’année la plus récente des statistiques disponibles sur le site Internet du MPO. Les débarquements avaient une valeur de 209 millions $.