Alexandre Landry, un nouveau venu sur la scène musicale émergente

Un jeune auteur-compositeur-interprète d’Edmundston, Alexandre Landry, arrive dans le paysage musical avec un premier titre, Fleur sauvage, qui annonce les couleurs d’un album qui devrait paraître cette année.

Depuis la demi-finale du concours Accros de la chanson en 2018, Alexandre Landry a la piqûre de la scène. Présenter son matériel devant un public, c’est différent que de chanter dans sa chambre, convient l’artiste.

«Je pense qu’Accros de la chanson est un des moments dans ma petite carrière musicale qui m’a fait évolué beaucoup, parce que je n’avais jamais présenté devant un public une de mes chansons avant», a déclaré Alexandre Landry, en entrevue avec l’Acadie Nouvelle.

Établi à Moncton depuis janvier pour poursuivre ses études en marketing au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à Dieppe, le jeune Madawaskien, âgé de 18 ans, est aussi musicien à ses heures. Le chanteur, pianiste et guitariste se passionne pour la musique depuis longtemps. Il compose ses propres chansons depuis l’âge de 12 ans. C’est venu naturellement, confie-t-il.

Cette semaine, il lance une première chanson dans l’espace public. Sur une musique pop alternative au son des guitares planantes, avec une mélodie accrocheuse et une poésie spontanée, Fleur sauvage aborde les relations humaines. En écoutant ce premier extrait, on peut percevoir quelques similitudes avec le style de Kevin McIntyre. Alexandre Landry a écrit cette chanson pendant un moment d’inspiration avec son complice Cédric Thériault.

«Il (Cédric Thériault) a commencé à jouer ce petit air et une demi-heure après la chanson était composée. On est vraiment spontané dans les paroles. Si on ne capture pas le moment, je le perds», a-t-il raconté.

Le chanteur s’est entouré de musiciens de talents. En plus de Cédric Thériault et de Pierre Couturier du Madawaska, on retrouve aussi Liam Babineau et Dawson Cormier de Moncton. Ce sont tous des étudiants en musique à l’Université de Moncton. Le chanteur précise que le travail de création et de production se fait vraiment en groupe.

Leur premier mini disque rassemblera des compositions originales en français et possiblement une ou deux chansons en anglais. Depuis qu’ils sont tous à Moncton, ils sont très productifs et se rencontrent sur une base régulière pour plonger dans la création musicale. S’inspirant de l’actualité et de ce qui se passe autour de lui, l’auteur-compositeur-
interprète explore des thématiques aussi variées que l’hiver et la violence, notamment celle à l’égard des femmes.

«On essaie de sortir un peu des stéréotypes de l’amour.»

Comme ils sont tous aux études, leur aventure musicale est d’abord une passion commune qu’ils partagent. Il espère prendre la route pour offrir quelques spectacles. Alexandre Landry retournera dans sa région afin de faire la première partie d’un spectacle de Raphaël Butler qui sera présenté dans le cadre de la Semaine de la Francophonie à la Cité des Jeunes A.-M.-Sormany d’Edmundston vers la fin mars. Il sera en spectacle, en première partie du groupe Taming Sari de Montréal, au Café d’la Vieille Forge dans le quartier St-Jacques à Edmundston le 25 mai prochain.

La chanson Fleur sauvage est maintenant disponible sur iTunes.