Le fatbike a aussi la cote au parc Kouchibouguac

Le fatbike a la cote au parc national Kouchibouguac. Le nombre de locations a augmenté de 80% cette année au site qui comprend une quinzaine de kilomètres de sentiers conçus spécifiquement pour ce sport en émergence.

Le fatbike, ou vélos à pneus surdimensionnés (VPS), a été introduit au parc national Kouchibouguac en mars 2016. Trois ans plus tard, l’activité ne cesse de croître dans le nord de Kent.

Afin de répondre à la demande, les administrateurs du parc ont fait passer le nombre de fatbike disponibles pour la location de 15 à 25. Ils se sont munis d’une motoneige qui permet de damer des sentiers spécifiquement pour le fatbike.

Une quinzaine de kilomètres de pistes sont à la disposition des amateurs de ce nouveau sport, une portion importante étant uniquement accessible l’hiver.

«Au tout début, on empruntait des corridors existants, mais on s’est vite rendu compte que le visiteur qui veut vraiment vivre une expérience en fatbike, ça se fait vraiment dans la forêt. Ce sont des sentiers développés uniquement pour l’hiver», explique Jérôme Lussier, gestionnaire de l’expérience du visiteur.

Le sport attire des amateurs de tout âge et de tout niveau, selon M. Lussier. Si certains roulent lentement dans les sentiers afin de profiter au maximum de l’hiver, d’autres «poussent les limites» de leur équipement et de leurs habiletés dans les sentiers.

«On a des vélos aux roues de 24 pouces, ce qui accommode des jeunes âgées de 10 ou 12 ans. Mais on a des personnes de tout âge qui se découvrent une passion. C’est très accessible, et ça permet de découvrir la forêt d’une nouvelle façon.»

M. Lussier explique que certaines journées, les conditions ne sont pas bonnes pour le ski de fond, alors qu’elles sont excellentes pour le fatbike, et vice-versa. Il a vu plusieurs personnes se rendre au parc national afin de pratiquer le ski, mais qui ont plutôt essayé le fatbike une fois sur les lieux.

«Dès les premières semaines qu’on a lancé l’expérience à Kouchibouguac, ç’a été un succès. C’était une découverte pour beaucoup de gens. On avait des gens qui venaient faire du ski, mais qui testaient le fatbike et qui finissaient par aimer ça.»

Autre preuve que le sport est en croissance dans la région: pour la première fois cette année, l’équipe de M. Lussier voit des personnes emporter leur propre fatbike afin de les utiliser dans les sentiers du parc.

Si le succès de l’initiative plaît aux administrateurs de Kouchibouguac, elle n’est pas nécessairement une surprise. Ils avaient eu l’occasion d’étudier le cas d’autres parcs nationaux qui ont adopté le fatbike et avaient remarqué que le sport gagnait en popularité un peu partout à travers le pays.