Après quelques années difficiles, un vent d’optimisme souffle sur Atholville

La municipalité d’Atholville brosse un portrait plus que positif de l’activité socio-économique survenue à l’intérieur de ses frontières, au cours des derniers mois. Atholville compte bien poursuivre sur sa lancée.

Le conseil municipal avait convié ses gens d’affaires, mercredi, afin de leur présenter une mise à jour de son plan de développement. Un plan dont le premier jet leur avait été exposé une année plus tôt.

Tout n’est pas parfait et cela, le maire d’Atholville, Michel Soucy, est le premier à l’admettre. Reste que les indicateurs économiques de sa municipalité affichent une performance plutôt intéressante.

«2018 a été une année comme on n’en avait pas vu depuis longtemps. Au niveau commercial et industriel, c’est bonne nouvelle après bonne nouvelle. Et je dois admettre que ça fait du bien», souligne M. Soucy.

Depuis l’an dernier en effet, les perspectives sont plutôt encourageantes. Plusieurs commerces se sont établis dans la municipalité, le dernier étant Tigre Géant – le 250e magasin canadien de la franchise – qui doit justement ouvrir officiellement ses portes ce samedi. D’autres, comme le Canadian Tire, Jonhson Entreprise et même le parc provincial Sugarloaf ont procédé soit à des agrandissements, soit à des modernisations majeures. Et que dire du producteur de cannabis Zenabis qui n’en finit plus de grossir et qui est en mode d’embauches massives depuis quelques mois?

Mais tous ces emplois soudainement disponibles surviennent dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre régionale, provinciale et même nationale, ce qui fait dire au maire Soucy que sa municipalité – voire même toute la portion centre du Restigouche – devra mettre les bouchées doubles au niveau de la rétention de la population, des efforts de rapatriements et de l’attraction de nouveaux citoyens, notamment par le biais de l’immigration.

«On doit avoir des gens pour remplir tous ces postes, et on veut travailler de concert avec nos gens d’affaires dans le processus sur cet enjeu. On sait par exemple qu’au niveau de l’immigration, certaines municipalités sont très proactives et ont une longueur d’avance. On n’a qu’à penser à nos voisins de Saint-Quentin. On veut faire de même et tenter d’aller chercher le maximum de cette ressource humaine», indique Michel Soucy, ajoutant vouloir s’attaquer à ce dossier conjointement avec les gens d’affaires de sa communauté.

Comme autre mesure concrète, le village entend créer au cours des prochains mois un dépliant et une vidéo promotionnelle afin de démontrer les atouts de la région. Celui-ci vient aussi de revamper complètement son site web.

La municipalité a par ailleurs profité de la présence des entreprises et commerces de son territoire pour annoncer son intention de développer une façon d’accroître l’achat local. Si le conseil a bien quelques idées en tête, il compte encore là sur sa communauté d’affaires afin de valider ses intentions.

«Après tout, on fait cela pour eux, afin d’inciter les gens à consommer ici. Et d’ailleurs on ne ferme pas totalement la porte aux communautés environnantes. Si celles-ci ont quelque chose à proposer, on est très à l’aise de les écouter. Car si on attire des gens pour acheter à Campbellton, il y a de fortes chances qu’ils poursuivent leur route par la suite ici, à Atholville. On veut le bien de toute la région», note le maire.