Énergies renouvelables: David Coon veut changer la loi

L’industrie néo-brunswickoise des énergies renouvelables est paralysée par le monopole d’Énergie NB sur le marché de l’électricité, selon David Coon. Le chef du Parti vert veut changer la loi pour faciliter la vie aux municipalités qui veulent s’approvisionner localement en énergies vertes.

Le député de Fredericton-Sud accuse la société de la Couronne d’être «dans le meilleur des cas, un partenaire récalcitrant» lorsque vient le temps de négocier l’achat et la revente d’énergie renouvelable comme l’énergie solaire ou éolienne dans la province.

«J’ai rencontré des personnes qui veulent acheter de l’énergie renouvelable. J’ai rencontré des développeurs d’énergie renouvelable. Et j’ai rencontré des investisseurs dans les énergies renouvelables. Leur réussite dépend entièrement de l’accord d’Énergie NB», a-t-il dénoncé lors d’une conférence de presse, mercredi.

M. Coon déplore que la Loi sur l’électricité empêche les producteurs privés d’énergie renouvelable de vendre directement leur électricité à de potentiel acheteur sans passer par Énergie NB.

Les producteurs doivent plutôt convaincre la société de la Couronne d’acheter leur électricité pour l’inclure à son réseau de distribution.

«Le potentiel de développement de l’industrie des énergies renouvelables est bloqué par l’emprise d’Énergie NB sur le marché de l’électricité», affirme le politicien.

David Coon veut changer la loi pour permettre aux producteurs néo-brunswickois d’énergie renouvelable de vendre directement leur électricité aux municipalités pour leur usage institutionnel. Les producteurs devraient payer un frais pour utiliser les lignes de transmissions d’Énergie NB, mais ils ne seraient plus dépendants de son bon vouloir.

Les municipalités pourraient également investir dans leurs propres installations d’énergie renouvelable et tirer profit de leurs investissements, avance-t-il.

«Les municipalités savent que leurs citoyens veulent qu’elles participent activement à la lutte aux changements climatiques. Edmundston a déjà déclaré l’état d’urgence climatique et d’autres municipalités y songent aussi.»

M. Coon a l’intention de déposer un projet de loi lors de la reprise des travaux législatifs la semaine prochaine.

Les changements qu’il propose permettraient aussi aux trois municipalités qui possèdent leur propre société d’électricité, Edmundston, Saint-Jean et Perth-Andover, d’acheter de l’énergie renouvelable auprès de producteurs privés à l’extérieur de leur territoire.

Le chef du Parti vert demande aussi au ministre du Développement de l’énergie et des ressources, Mike Holland, de créer une nouvelle Direction du développement de l’énergie renouvelable au sein de son ministère.

«À l’heure actuelle, il n’y a qu’un groupe de fonctionnaires chargés du développement de l’énergie et il s’occupe exclusivement du développement des ressources pétrolières», dénonce David Coon.

«Aussi longtemps que personne ne se verra confier ce mandat, nous n’avancerons pas.»

Le ministre Holland a indiqué par courriel que son gouvernement était «déterminé à accroître les capacités en énergie renouvelable du Nouveau-Brunswick».

«Il est toutefois difficile de commenter ce que propose le Parti vert, car nous n’avons pas vu exactement quels seraient les amendements. Nous attendons avec intérêt d’examiner attentivement les amendements à la Loi sur l’électricité une fois qu’ils auront été présentés à l’Assemblée législative.»

M. Holland ne fait toutefois pas grand cas des allégations de David Coon voulant que les fonctionnaires de son ministère ne s’occupent pas du développement de l’énergie renouvelable.

«Le ministère étudie déjà des sources d’énergie renouvelables et durables et encourage la création de projets d’énergie verte. Le personnel des directions existantes est conscient de la volonté de se concentrer sur les initiatives en matière d’énergies renouvelables.»

Énergie NB n’a pas voulu commenter les propos de M. Coon. Un porte-parole a cependant indiqué au journal que la société de la Couronne a déjà conclu 31 contrats d’achat d’énergie renouvelable au Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Maine pour un total de 677,7 mégawatts.