Budget provincial: réduction de la dette sans grandes compressions

Le gouvernement de Blaine Higgs prévoit rembourser une partie de la dette provinciale pour la première fois en 13 ans sans faire de compressions majeures dans les programmes et les services.

Le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Ernie Steeves, a présenté le premier budget de son gouvernement, mardi, à l’Assemblée législative.

Les progressistes-conservateurs ont l’intention d’enregistrer un surplus de 23 millions $ en 2019-2020 accompagné d’une croissance des dépenses de 1,3%. Les recettes devraient augmenter de 1,5%.

À lire aussi: 5 changements budgétaires qui pourraient vous toucher directement

Selon les prévisions du gouvernement, la dette nette, qui s’établit à 14,1 milliards $, devrait diminuer de 49 millions $ à la fin de l’exercice financier en raison notamment des projets d’infrastructures qui ont été annulés et de l’augmentation des transferts fédéraux.

«Une telle diminution marquera un tournant pour notre province qui ne peut être effectué que si nous agissons avec empressement et de façon concerté» a déclaré le ministre lors de son discours.

La diminution est cependant moins élevée que les 125 millions $ en réduction annuelle promis par le Parti progressiste-conservateur lors de la campagne électorale.

Une centaine d’emplois devraient être éliminés par attrition dans la fonction publique au cours de la prochaine année dans le sillage de ce budget, a indiqué M. Steeves sans préciser dans quel secteur.

Durant les élections, le parti avait prévenu qu’ils pourraient couper jusqu’à 600 emplois dans la fonction publique.

Le budget de M. Steeves ne prévoit aucune hausse de taxes ou d’impôts. La diminution du fardeau fiscal des individus et des entreprises est cependant remise à plus tard.

«Nous sommes résolus à réduire le fardeau fiscal des gens du Nouveau-Brunswick lorsqu’il sera financièrement judicieux de le faire», a-t-il déclaré.

«Toutefois, au lieu de choisir une approche fragmentaire, nous examinerons le régime fiscal dans une optique globale en vue de créer un climat propice à la croissance au moyen de réductions fiscales.»

Tous les ministères et organismes ne s’en sortent pas indemnes non plus.

Le secteur touristique au sein du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture écope d’une compression de 7,5 millions $.

Le ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail perd 10,3 millions $, la majorité dans les programmes et services de développement de l’emploi.

Les progressistes-conservateurs ont également décidé de couper 5,1 millions $ au sein du ministère du Développement de l’énergie et des ressources et 4,1 millions chez Opportunités NB.

Le Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick subit aussi une réduction de son budget de 36% ou 242 000 $.

Le budget du ministère du Développement social est en hausse de 6,4 millions $ pour 2019-2020. Plusieurs postes budgétaires au sein du ministère subissent toutefois des compressions comme les services de bien-être à l’enfance et de soutien aux personnes ayant un handicap, la sécurité du revenu et les services d’habitation.

Ernie Steeves n’a pas voulu  donner plus de détails sur ces compressions, mardi, suggérant plutôt d’attendre à la présentation des prévisions budgétaires de chaque ministère plus tard durant la saison législative.

«Les ministres vont vous donner tous les détails durant les prévisions budgétaires, mais vous allez voir que nous avons eu à prendre des décisions difficiles», a indiqué le ministre des Finances.

Une somme non identifiée a également été prévue au budget du Développement social, selon M. Steeves, pour mettre en oeuvre les recommandations de deux récents rapports accablants concernant les services de protection de l’enfance.

Après plusieurs années de gel, le budget du commissariat aux langues officielles augmente de 25% ou 136 000 $. Celui de la vérificatrice générale est en hausse de 44% ou 1 million $.

Le gouvernement dépensera plus de 16 millions $ pour augmenter les salaires des travailleurs des foyers de soins et du soutien à domicile.

Fredericton promet de mettre sur pied une stratégie de formation, de recrutement et de rétention du personnel infirmier au coût de 2,4 millions $.

Une clinique de soins primaires où travailleront principalement des infirmières praticiennes verra le jour dans le cadre d’un projet pilote.

«Si l’initiative s’avère une réussite, notre gouvernement s’engagera à ouvrir d’autres centres du genre», a dit Ernie Steeves.

La province créera aussi une commission sur la réduction des formalités administrative dans le système d’éducation pour «cerner, puis éliminer, la réglementation qui distrait les enseignants», a indiqué M. Steeves.

Le ministre des Finances a également annoncé la création d’un nouveau programme qui permettra à tous les députés de dépenser 50 000 $ chacun pour financer des projets dans leurs circonscriptions.

«(Les députés) sont à l’Assemblée législative pour représenter leur collectivité et ils comprennent bien ce qui compte dans leur circonscription», a indiqué M. Steeves.