Taxe sur l’hébergement touristique: Fredericton modifie la Loi sur la gouvernance locale

Le gouvernement provincial a déposé, vendredi, un projet de loi afin de permettre aux municipalités de créer une taxe sur l’hébergement touristique.

En modifiant la Loi sur la gouvernance locale, Fredericton donnerait l’autorité aux gouvernements locaux d’adopter des arrêtés visant à imposer une taxe touristique aux clients des hôtels et à certains fournisseurs de services d’hébergement.

Cette taxe, la ville de Moncton la réclame depuis belle lurette. La mairesse de Moncton, Dawn Arnold, préfère parler d’un frais de marketing de destination. Ce sont des frais qui s’ajouteraient à la facture de la chambre de la location d’une chambre d’hôtel.

«Grâce aux frais de marketing de destination, qui sont monnaie courante dans l’industrie touristique, nous dégagerons les fonds nécessaires pour promouvoir notre ville sans que les résidents aient à en supporter les coûts», avait écrit Mme Arnold dans une lettre d’opinion à l’Acadie Nouvelle.

Les recettes créées par cette «taxe» seraient administrées par l’industrie et la municipalité afin de produire des campagnes promotionnelles spécifiques à la région.

«Nous en sommes ravis! Ça fait plus de 10 ans que nous demandons. L’industrie le réclamait aussi. Nous sommes donc extrêmement heureux que ça se concrétise», a lancé en entrevue la mairesse.

Le président de l’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick, Wayne Sturgeon, est heureux de la décision du gouvernement provincial d’aller de l’avant en modifiant la Loi sur la gouvernance locale, chose que son organisme réclame depuis plusieurs années.

«La plupart des autres destinations d’Amérique du Nord ont déjà une taxe de ce genre, y compris la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et le Maine, a dit M. Sturgeon. Une taxe sur l’hébergement touristique donnera aux collectivités du Nouveau-Brunswick la capacité de soutenir les entreprises touristiques et locales, et ce, sans augmenter les taxes que paient nos résidents», a-t-il indiqué par communiqué.

Changements à la pièce

L’Association francophone des municipalités accueille aussi favorablement ce projet de loi, mais réitère le besoin d’une refont complète de la Loi sur la gouvernance locale.

«On est tout de même déçu de voir des changements proposés à la pièce. Ce que l’AFMNB demande depuis un certain temps, c’est une commission royale d’enquête sur la fiscalité municipale qui permettrait de traiter de l’ensemble des éléments fiscaux. Nous espérons vivement que le gouvernement s’engage envers cette révision», a expliqué le président de l’association par communiqué, Luc Desjardins.

Si le gouvernement de Blaine Higgs donne une occasion aux municipalités de créer une taxe sur l’hébergement touristique dans leur région, il faut rappeler qu’il a aussi amputé le portefeuille du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture de 7,5 millions $ dans son budget déposé mardi.

Dans le Grand Moncton, ces frais de marketing de destination seraient de 3% à 4%. Il permettrait de générer jusqu’à 3 millions $ par année. Ces fonds seraient utilisés afin de promouvoir la région, mais aussi pour déposer des candidatures afin d’attirer de grands événements comme le Brier, la coupe Stanley du curling.