De la publicité partisane avec l’argent des contribuables, selon les libéraux

L’opposition libérale accuse le gouvernement de Blaine Higgs d’utiliser l’argent des contribuables pour diffuser des messages biaisés à saveur électorale.

Le gouvernement provincial poursuit sa croisade contre la taxe carbone du gouvernement Trudeau. L’équipe des progressistes-conservateurs a choisi cette fois le site internet et la page Facebook officielle du gouvernement du Nouveau-Brunswick pour tirer à boulets rouges sur la mesure mise en oeuvre par Ottawa.

La campagne intitulée «les faits sur la taxe carbone» liste des coûts additionnels anticipés pour les ménages néo-brunswickois. Ces publications apparaissent dans la section «contenu sponsorisé» de Facebook, ce qui signifie que de l’argent a été dépensé pour augmenter leur visibilité.

La province avance que la taxe carbone coûtera 89,46 $ de plus par année aux ménages qui roulent en berline, 104,71 $ à ceux qui sont propriétaires d’un véhicule utilitaire sport (VUS) et 113,35 $ à ceux qui se déplacent en minifourgonnette. Ces chiffres sont basés sur un véhicule qui roule 20 000 km par année.

«Si la même famille possède une chaudière au mazout et qu’elle remplit le réservoir trois fois par année, elle paiera 150 $ de plus par année. De plus, le coût des aliments et des autres produits qu’elle achète augmentera au cours de l’année», peut-on lire sur le site du gouvernement. On invite aussi les internautes à «répandre la nouvelle».

La province présente ainsi des chiffres bien différents de ceux du gouvernement fédéral qui évalue ce système de taxe sur la pollution coûtera 202$ à une famille moyenne du Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement provincial a déboursé des fonds pour augmenter la visibilité de cette publication sur Facebook. – Capture d’écran

Problème, la démonstration «oublie» le nouveau crédit d’impôt fédéral, appelé Incitatif à agir pour le climat, qui vise à diminuer le poids de la future taxe carbone pour les contribuables néo-brunswickois. Les montants versés, pour une famille moyenne de quatre personnes, atteindront 256 $ au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement Higgs omet aussi de dire qu’il bénéficiera de la taxe fédérale sur le carbone. La taxe de vente harmonisée (TVH), qui revient en bonne partie au gouvernement provincial, s’appliquera à la hausse. Selon certaines estimations, les revenus additionnels pour le gouvernement provincial pourraient s’élever à environ 9 millions $.

Une publicité politique «inappropriée», selon l’opposition

Benoît Bourque, le critique de l’opposition officielle en matière d’énergie, juge que la province a franchi la ligne rouge. Il dénonce un mélange des genres entre État et parti, information publique et politique partisane.

«C’est tout à fait inhabituel de voir une publicité gouvernementale qui soit à la fois partisane et critique d’un autre gouvernement du pays», lance-t-il.

«Les messages publics devraient contenir l’ensemble de l’information. Ce n’est pas le cas ici, c’est une version biaisée et partisane d’un message. Une telle publicité est complètement inappropriée et inacceptable. Je demande au gouvernement de la retirer.»

Le député de Kent-Sud ajoute que son parti pourrait inviter la vérificatrice générale et Élections Nouveau-Brunswick à se pencher sur ce cas.

«La partisanerie fait partie de la politique. Mais toute action partisane se fait dans le cadre des partis politiques. Le parti progressiste-conservateur est tout à fait libre de publier ces messages sur ses plateformes, mais le faire avec des fonds publics et des outils du service public, ça dépasse les bornes.»

Cette campagne s’inscrit dans la même veine que le voyage du premier ministre en Saskatchewan, estime Benoît Bourque.

En février dernier, Blaine Higgs et son chef de cabinet s’étaient déplacés dans l’Ouest pour prendre part à un ralliement pro-pipeline. Lors de son allocution, il avait parlé d’Andrew Scheer comme du «prochain premier ministre du Canada».

«Ils créent un antagonisme envers nos partenaires. Quand on regarde l’histoire des relations provinciales-fédérales on n’a jamais vu une telle hargne de la part du gouvernement provincial.»

De son côté, le chef du parti vert David Coon juge la campagne «inacceptable» Il croit que le gouvernement Higgs devrait plutôt concentrer ses efforts sur la lutte contre les changements climatiques.

«On a bien vu dans le budget que cela n’est pas une priorité pour ce gouvernement, il n’y a rien pour encourager les énergies renouvelables ou l’efficacité énergétique», dit-il.

Le ministre Carr réplique

Jeff Carr, ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, estime quant à lui que les publications au sujet de la taxe carbone ne sont pas de nature partisane.

«Je ne pense pas que ce soient des publications politiques, nous ne parlons pas des autres partis, ni du gouvernement fédéral», affirme le ministre.

«Tout ce que nous faisons, c’est partager les faits avec les Néo-Brunswickois pour qu’ils sachent exactement ce que ça va leur coûter. C’est un sujet complexe et je voulais que le public ait l’information et puisse comprendre.»

M. Carr ajoute que le Parti libéral n’a pas de leçons à donner en matière d’éthique. «M. Bourque nous parle d’éthique, comme député libéral il devrait plutôt examiner de près l’éthique de Justin Trudeau et de Brian Gallant.»

Questionné sur l’absence du rabais fédéral dans les publications de la province, Jeff Carr répond qu’Ottawa «a déjà dépensé beaucoup d’argent pour informer le public de la possibilité de recevoir le rabais».

Pour rappel, le gouvernement Higgs espère remplacer le plan fédéral de tarification du carbone pour les grands émetteurs industriels par son propre système de taxation. En parallèle, la province est actuellement engagée dans une contestation judiciaire pour faire invalider la mesure imposée par le gouvernement fédéral.