Irrégularités financières dans un projet majeur à Moncton

Les employés de TransAqua ont décelé des irrégularités financières impliquant Pomerleau, l’entrepreneur principal responsable de la réfection du centre d’épuration des eaux usées du Grand Moncton.

D’ici 2020, TransAqua, la Commission des eaux usées du Grand Moncton, doit se conformer à la nouvelle réglementation fédérale. Un peu plus de 90 millions $ sont donc investis afin d’améliorer le processus d’assainissement des eaux de l’usine située à Riverview.

L’imposant chantier de construction, en plus d’améliorer la qualité des eaux envoyées dans la rivière Petitcodiac, doit aussi faire passer la capacité de traitement de l’usine de 65 millions de litres par jour à 91 millions de litres.

Mais l’été dernier, des employés ont décelé des «irrégularités financières» impliquant l’entrepreneur responsable des phases 1 et 2 du projet de mise à niveau de l’usine.

Kevin Rice, directeur général de TransAqua, confirme que l’entrepreneur en question est Pomerleau, mais ne peut pour le moment confirmer les détails.

«Un audit a récemment été effectué et ce processus est presque terminé. Une procédure légale est en cours et implique un accord de non-divulgation, donc je ne peux vraiment en dire plus», a expliqué par courriel M. Rice.

De son côté, Pomerleau a affirmé par communiqué avoir mis à pied un employé l’été dernier en raison d’un «comportement contraire à l’éthique» de l’entreprise. On ne peut en savoir plus sur les événements qui ont mené au congédiement du travailleur.

«L’employé en question a été immédiatement congédié et une firme externe a été mandatée afin de conduire une enquête approfondie sur le sujet. L’entreprise collaborera pleinement dans toute enquête pouvant être nécessaire suite à cet événement», a indiqué l’entreprise québécoise.

TransAqua assure que cette enquête ne coûtera rien aux citoyens et que l’organisme récupérera ce qui a été perdu.

«En fin de compte, on s’attend à ce que les contribuables recouvrent ce qui a été perdu et qu’aucune cenne ne sera déboursée pour compléter le processus», a avancé M. Rice.

Pomerleau travaille sur plus d’un chantier au Nouveau-Brunswick. L’entreprise québécoise a entre autres obtenu le contrat pour construire l’Uniplex de Dieppe, le futur complexe communautaire intergénérationnel de la cité acadienne.

La municipalité soutient avoir toujours confiance envers le constructeur choisi pour ériger son complexe évalué à plus de 30,5 millions $.

«La municipalité a fait preuve de diligence tout au long du processus rigoureux de sélection et nous n’avons pas d’inquiétudes à ce niveau», a déclaré Julie Albert par courriel, une porte-parole de la municipalité.

Pormerleau est une entreprise très présente en Atlantique avec d’importants projets à son porte-folio en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard.