Le syndicat des foyers de soins «perd la boule», selon l’Alliance des gens

Le chef de l’Alliance des gens s’est livré à une attaque en règle contre les représentants des travailleurs des foyers de soins, vendredi, après avoir été traité la veille par ceux-ci de «marionnette» du premier ministre Blaine Higgs.

Kris Austin affirme que la direction du Syndicat de la fonction publique (SCFP) qui représente les travailleurs des foyers de soins nuit à ses membres en raison de son attitude intransigeante.

«Plus je discute avec ces gens, plus je comprends pourquoi ils n’arrivent pas avoir une entente. Je plains les membres du SCFP, les travailleurs ordinaires qui ont à vivre avec ça. Ils veulent une entente juste et raisonnable, mais il est simplement impossible de travailler avec la direction du SCFP. Je comprends pourquoi les membres sont frustrés», a-t-il dit.

«Il y a des gens qui se lèvent chaque matin pour aller au travail, qui travaillent dur et qui sont sous-payés. Mais ceux qui les représentent sont en train de perdre la boule. Ils ne sont pas rationnels et ils ne négocient pas de bonne foi.»

Les trois partis d’opposition à Fredericton, dont l’Alliance des gens, s’étaient prononcés récemment pour l’arbitrage exécutoire afin de mettre fin aux conflits de travail dans les 46 foyers de soins sans-but lucratif du Nouveau-Brunswick.

Jeudi, les députés ont débattu d’une motion du Parti libéral pour demander au gouvernement progressiste-conservateur de consentir à l’arbitrage exécutoire.

Kris Austin a alors déposé une modification à la motion pour que l’arbitrage se déroule seulement selon des «conditions» acceptées à l’avance par toutes les parties, y compris le gouvernement.

Sandy Harding du SCFP a qualifié la proposition de M. Austin d’affront aux travailleurs équivalant à donner un droit de veto au gouvernement.

«C’est clair pour nous que le premier ministre Higgs a demandé à l’Alliance de changer d’avis et nous voilà à nouveau laissés pour compte.»

«M. Austin est clairement la marionnette de M. Higgs», avait déclaré Mme Harding.

«Je suis déçu de voir que la direction du SCFP a adopté cette position. Je ne pense pas que ça reflète celle des travailleurs», a réagi le chef de l’Alliance, vendredi.

«La sortie de la direction du SCFP est contreproductive. Ce n’est pas étonnant qu’ils n’arrivent pas à obtenir une entente si c’est comme ça qu’ils négocient.»

Kris Austin assure que son parti à l’intérêt des travailleurs à coeur et que ses députés travaillent en coulisse pour régler leur dossier.

«Nous sommes plus efficaces que les libéraux et les verts ensemble parce que nous avons l’oreille du gouvernement pour faire avancer les choses. C’est pour ça que (le gouvernement) va revenir à la table et offrir aux travailleurs quelque chose sur laquelle nous avons travaillé avec eux.»

Une nouvelle offre avec des conditions

Le gouvernement provincial a bel et bien fait une nouvelle offre au syndicat des travailleurs des foyers de soins vendredi qui a rapidement été refusée.

Un peu comme l’avait proposé l’Alliance des gens, le premier ministre Blaine Higgs a offert aux travailleurs d’aller en arbitrage exécutoire comme ils le réclament, mais à certaines conditions.

«Aujourd’hui, nous avons revu notre position consistant à refuser l’arbitrage exécutoire, et nous avons présenté au syndicat les conditions en vertu desquelles l’arbitrage exécutoire nous semblerait acceptable», a indiqué M. Higgs dans une déclaration écrite.

«Nous avons proposé que les augmentations salariales pour des emplois similaires dans le secteur public du Nouveau-Brunswick et dans le secteur privé du Nouveau-Brunswick soient les facteurs pris en compte dans le cadre de cet arbitrage exécutoire.»

Selon la présidente du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick, Sharon Teare, la proposition du gouvernement garantirait aux travailleurs des augmentations salariales d’à peine 1%, ce qu’ils ont déjà refusé dans le passé.

«Ces conditions sont tellement strictes que nous nous retrouverions avec le même résultat que celui de l’entente de principe que nous avons déjà présentée à nos membres et qu’ils ont rejetée.»

«C’est frustrant. C’est pour ça que nous demandons l’arbitrage exécutoire sans condition. C’est juste une autre tactique. On sent que c’est juste pour prolonger les choses.»

Le Conseil qui fait partie du SCFP représente notamment les infirmières auxiliaires et les préposés aux résidents de 46 foyers de soins.

Les travailleurs des hôpitaux qui ont des taches semblables ont déjà accepté des hausses salariales de 1% par année. Le Conseil est cependant d’avis que la charge de travail dans les foyers de soins est plus lourde que dans les hôpitaux.