Hausses de salaire au détriment d’aidants naturels

Le gouvernement provincial annule un programme d’aide financière aux aidants naturels afin d’accorder des augmentations salariales à certains travailleurs parmi les moins bien payés du secteur parapublic.

À partir du 1er mai, le personnel de soutien à domicile, les préposés aux services de soutien à la famille et les préposés aux soins auxiliaires auront droit à des hausses variant entre 0,50$ l’heure et 2$ l’heure.

Les travailleurs des foyers de soins spéciaux et des foyers de groupe pour les jeunes recevront aussi le même genre d’augmentation.

Le salaire moyen des quelque 9500 travailleurs atteindra dorénavant 14$ l’heure, a annoncé la ministre du Développement social, Dorothy Shephard, lors d’une conférence de presse, jeudi, à Saint-Jean.

«Nous reconnaissons l’importance du travail de ces personnes pour leurs clients et leur famille. Grâce à l’augmentation des salaires, nous aidons le secteur à recruter des employés et à les maintenir en poste, ainsi qu’à mieux refléter le travail qu’ils accomplissent pour prendre soin des personnes qui ont besoin de leurs services.»

Les travailleurs qui recevront une hausse de salaire le mois prochain ne sont pas les mêmes que ceux qui sont représentés par le Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick et qui sont en conflit avec le gouvernement et leur employeur.

Fredericton a prévu 16,1 millions $ dans le budget 2019-2020 pour financer l’augmentation des salaires du personnel de soutien à domicile et du personnel des foyers de soins spéciaux ou pour jeunes.

Une partie de cet argent provient de l’annulation du Programme de la prestation pour aidant naturel principal créé l’an dernier par le précédent gouvernement libéral.

Selon la ministre Shephard, le programme n’a tout simplement pas donné les résultats escomptés.

«Même si l’objectif de venir en aide à ceux qui prennent soin d’un aîné et d’une personne handicapée est louable, la participation au programme était très limitée», a-t-elle précisé.

La porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement social, Lisa Harris, a vivement dénoncé l’annulation de la prestation mensuelle de 106$ pour les proches aidants.

«En annulant ce programme, le gouvernement dit à tous les aidants naturels que le soutien qu’ils fournissent n’est tout simplement pas important», a-t-elle déclaré via communiqué.

«Je crains maintenant que tous les investissements de ce gouvernement ne découlent de l’abandon d’une partie de la population.»

Thérèse Duguay a travaillé durant 15 ans dans les services de soutien à domicile avant de prendre sa retraite récemment.

Elle estime que les problèmes dans ce secteur vont bien au-delà de ce qu’une augmentation de salaire comme celle annoncée par Dorothy Shephard peut régler.

«Ils ont déjà fait des hausses de salaire et ça n’a pas permis de recruter personne de plus. Ce n’est pas assez important comme hausse. Et il faut que tu penses aux avantages sociaux.»

Le soutien à domicile est géré au nom du gouvernement par des agences comme la Croix-Rouge et la plupart d’entre elles n’offrent pas d’avantages sociaux à leur personnel, déplore Mme Duguay.

La majorité des travailleurs de soutien à domicile ne sont pas non plus syndiqués.

«Les services à domicile, ça ne s’améliore pas, loin de là. Il n’y a pas de main d’oeuvre. C’est le gros problème.» n