Des auteurs et des visiteurs enchantés par leur passage au Salon du livre d’Edmundston

Les nombreux auteurs et visiteurs présents au 34e Salon du livre d’Edmundston garderont pour la plupart un merveilleux souvenir de leur virée littéraire au Madawaska.

L’événement, qui se tenait depuis jeudi soir à la Cité des Jeunes A.-M.-Sormany, s’est conclu dimanche après quatre jours d’activités qui auront attiré environ 15 000 personnes assoiffées de livres et de découvertes.

Pour certains des 120 auteurs invités par les organisateurs de l’événement, il s’agissait d’un tout premier passage au Salon du livre d’Edmundston.

«Les auteurs se sentent gâtés dans un salon bien organisé où la dimension humaine prend toute son importance. Je parlerais d’un grand coup de cœur», a raconté Pascale Vilhelmy, venu présenter au public son livre Soupers de filles durant la fin de semaine.

Des propos partagés par le Clown Atchoum, pour qui il s’agissait également d’une première visite au Salon du livre d’Edmundston.

Avec ses livres pour enfants, ses spectacles sur scène samedi et dimanche et ses contacts privilégiés avec les plus jeunes visiteurs et leurs parents tout aussi attentifs, la rockeuse jeunesse originaire de la Gaspésie n’a certes pas manqué son premier rendez-vous.

Vedette de la populaire télésérie Unité 9 et du film La Bolduc, l’auteure et actrice Debbie Lynch-White n’a pas manqué non plus d’attirer l’attention des visiteurs par sa présence et son livre Faut que je te parle.

«L’expérience du Salon du livre est plaisante et est relativement nouvelle pour moi en tant qu’auteure», dira la Montréalaise dont la mère est originaire du Madawaska entre deux dédicaces de son livre et conversations avec des visiteurs comblés par leur rencontre avec l’artiste.

Un peu plus habitué au Salon du livre en tant qu’ancien bibliothécaire et auteur, Marco Couturier a également apprécié son expérience durant l’événement.

«Rencontrer d’anciens élèves qui sont maintenant mères ou pères de famille, ça vaut le détour.»

«L’endroit est merveilleux, il y en a en a pour tous les gouts et un beau choix de livres », a raconté à son tour Georgette Belzile-Grondin, une enseignante à la retraite qui se plait à assister au Salon du livre année après année.