Le Parti vert forcé de travailler en coulisses pour convaincre les ministres

Près de six mois après avoir réalisé une percée historique dans l’Assemblée législative, le Parti vert du Nouveau-Brunswick a convié ses membres à Beresford pour sa première convention et assemblée générale annuelle depuis l’élection de l’automne 2018. L’Acadie Nouvelle en a profité pour faire le point avec les trois élus verts, soit le chef David Coon, Kevin Arseneau, député de Kent-Nord et Megan Mitton, députée de Memramcook-Tantramar.

Quel bilan le Parti vert dresse-t-il des six derniers mois? Il est difficile de répondre avec exactitude, dit David Coon. Depuis le discours du Trône présenté par le gouvernement minoritaire de Blain Higgs, le temps à l’Assemblée législative a été limité.

«Nous avons siégé pendant trois semaines seulement», dit M. Coon.

D’ailleurs, en tant que tiers parti de l’opposition, les députés ont seulement quelques heures par session pour poser des questions et présenter des projets de loi.

«C’est difficile avec cet horaire de faire avancer nos idées.»

Pendant ce temps, les trois députés profitent du temps pour rencontrer les membres du Cabinet afin de parler de leurs priorités. Par exemple, l’agriculture et le développement rural demeurent prioritaires pour Kevin Arseneau, alors que David Coon s’intéresse particulièrement aux soins de santé. Megan Mitton est chargée du dossier de l’éducation.

«J’ai pu rencontrer le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, à plusieurs reprises. Il est même venu visiter ma circonscription. Par exemple, nos élèves manquent d’éducation sur les changements climatiques alors qu’il y a une forte demande (pour ce contenu). Il y a beaucoup de travail à faire, mais il nous manque des occasions de le faire lorsque nous ne siégeons pas à l’Assemblée.»

Au cours des prochains mois, le caucus vert compte s’attaquer davantage aux questions liées au développement économique et à la lutte contre les changements climatiques.

«Dans le contexte de la transformation de notre système d’énergie vers un système renouvelable et efficace, c’est très important.Je vais déposer un projet de loi à ce sujet pour assurer la croissance de l’industrie des énergies renouvelables au Nouveau-Brunswick.»

Un parti qui fonctionne «différemment»

Peu à peu, les deux nouveaux élus, Kevin Arseneau et Megan Mitton, s’ajustent à leur nouvelle vie en politique.

«Il faut réaliser que le Parti vert fonctionne différemment des partis traditionnels. Il y a une adaptation à faire. C’est arrivé à quelques reprises où moi et mes collègues avons pris des positions semblables au niveau des valeurs, mais qui n’étaient pas exactement les mêmes. Ça peut être mêlant», relate Kevin Arseneau.

«En politique et dans les médias, il n’y a pas toujours de l’espace pour avoir un vrai débat complet et de présenter de nouvelles idées. Dans notre parti, il y a de l’espace pour un débat nuancé où il est possible de prendre des décisions.»