Le transport communautaire fait son arrivée à Kedgwick

Déjà en fonction au Restigouche, le programme de transport communautaire vient d’étendre son service à la Communauté rurale de Kedgwick.

Les premiers véhicules du programme Transport communautaire Restigouche ont commencé à rouler dans la région au printemps 2018. Ce service vise à permettre aux gens ne pouvant se déplacer en véhicule d’accroître leur autonomie grâce à des chauffeurs bénévoles.

Son public cible? Les personnes âgées, à faible revenu, ou ne possédant pas de véhicule pour se déplacer.

«Pour ceux qui possèdent une voiture, aller chercher un litre de lait au dépanneur ou aller à un rendez-vous médical ce n’est pas bien compliqué. Mais ça peut toutefois l’être énormément pour ceux qui n’en ont pas ou qui ne peuvent plus conduire», explique Chantal Bernard, coordonnatrice du programme.

Un an après son entrée en fonction au Restigouche, le programme compte 42 bénévoles et un peu plus de 125 clients réguliers. Implanté un peu partout sur le territoire, il était par contre toujours absent de Kedgwick en raison d’un manque de bénévoles. La municipalité et le club de l’Âge d’or local se sont toutefois donnés comme mission de remédier à cette situation.

«Ce service répond vraiment à un énorme besoin», exprime la mairesse de Kedgwick, Janice Savoie.

Elle est plus qu’enthousiaste face à sa mise en marche dans sa communauté.

«Il faut comprendre que nous sommes dans un milieu très rural et que nous ne possédons pas de transport en commun. On a bien une personne qui opère un taxi, mais on comprend que ce peut être très coûteux à la longue pour une certaine clientèle ayant très peu de moyens à leur disposition, comme les aînés par exemple», ajoute-t-elle.

Président du Club de l’Âge d’or, André Michaud est bien placé pour en parler. Plusieurs membres de son club risquent en effet de faire appel à ce service.

«Ce programme apporte un soutien communautaire incroyable aux gens à faible revenu. Il les sort de l’isolement. Je peux vous dire que ce service était attendu depuis longtemps dans la communauté. Et étant donné que plusieurs de nos membres vivent ces réalités, ça allait de soi que l’on s’implique d’une façon ou d’une autre», exprime-t-il.

Mercredi, son organisme et la municipalité ont inauguré le service, annonçant leur participation financière au projet et profitant surtout de l’occasion pour lancer un appel aux bénévoles.

«La participation de bénévoles, c’est la pierre angulaire du programme. Notre organisation participe financièrement, mais nous allons aussi sensibiliser nos membres sur l’importance de s’impliquer et de faire du bénévolat. On va passer le mot, mais celui-ci doit aller partout dans la communauté, car c’est la seule façon d’en faire un succès», soutient M. Michaud.

Pour son inauguration, les promoteurs ont tenu à présenter leur tout premier bénévole à Kedgwick, Fernand Savoie. Habitué de donner un coup de main, il n’avait pas encore eu l’occasion de le faire sous l’égide du programme.

«Je suis retraité et j’ai du temps à donner. À mes yeux, c’est une belle cause dans laquelle s’impliquer, car ce n’est pas tout le monde qui peut se déplacer. D’ailleurs, aujourd’hui c’est moi qui conduis la voiture, mais ce sera peut-être moi qui aurai un jour besoin d’un chauffeur. J’espère donc que ça va fonctionner, et fonctionner longtemps», commente le bénévole.

À noter que si le programme fonctionne à l’aide de bénévoles, ceux-ci sont tout de même compensés financièrement pour leurs déplacements à raison de 0,35$ le kilomètre, somme déboursée par le client.