Porno juvénile et attouchements dans la région de Tracadie: cinq ans et demi de prison

Un homme de la région du Grand Tracadie, accusé de cinq chefs liés à la pornographie juvénile et d’attouchements sexuels sur une personne mineure, écope d’une peine de prison de cinq ans et demi.

Le juge Éric Sonier a prononcé sa sentence vendredi matin. Il a ainsi décidé d’accepter la recommandation conjointe de la défense et de la Couronne.

La peine comprend aussi la cueillette d’un échantillon d’ADN, une inscription au registre national des délinquants sexuels et plusieurs autres conditions, dont l’interdiction de se trouver dans une zone publique où il serait raisonnable de trouver des enfants âgés de moins de 16 ans, comme un parc, une piscine ou une école.

On permet aussi à l’accusé de soustraire de sa sentence le temps servi depuis son arrestation en octobre 2018.

Une ordonnance de non-publication interdit aux médias et au public de dévoiler le nom de l’accusé afin de protéger l’identité de la jeune victime.

L’accusé a été arrêté le 17 octobre 2018. Quelques semaines auparavant, le Groupe de lutte contre l’exploitation des enfants dans internet de la GRC a été avisé qu’une enquête menée en Caroline du Nord avait un lien avec une adresse IP au Canada.

Il a été rapidement découvert que le détenteur de ce lien demeurait dans la Péninsule acadienne.

Un agent double, se faisant passer pour un consommateur de pornographie juvénile, est entré en contact avec le suspect dans un groupe de clavardage privé. Quelques conversations, dans lequel l’accusé utilisait un nom fictif, ont établi l’ampleur de la faute et les gestes répréhensifs.

L’arrestation est survenue le 17 octobre, dans le domicile de l’accusé. Un mandat de perquisition a permis de mettre la main sur l’ordinateur du suspect. Il contenait des produits de pornographie juvénile de toutes sortes, dont plus de 2700 photos – dont sept de la victime – et près de 240 vidéos.