Cannabis: Organigram rapporte une perte de 6,3 millions $

Le producteur de cannabis néo-brunswickois Organigram a vu ses revenus bruts augmenter en flèche au cours du premier trimestre complet depuis la légalisation. Malgré cette croissance spectaculaire, elle a enregistré une perte de 6 millions $.

L’entreprise Organigram Holdings Inc., basée à Moncton et cotée en bourse à Toronto (TSX Venture: OGI-X) a dévoilé ses plus récents résultats trimestriels lundi matin.

Elle a rapporté des pertes de 6,3 millions $ de décembre à février. Au cours du deuxième trimestre de 2017-2018, elle avait rapporté des profits de 1,1 million $.

Les investisseurs n’ont pas tardé à réagir, lundi matin. Peu après l’ouverture de la Bourse de Toronto, le titre d’Organigram a encaissé un recul de quelques points de pourcentage. La dégringolade s’est poursuivie pendant plusieurs heures et le titre a clôturé en baisse de 10,21%.

Malgré les apparences, le rapport trimestriel dévoilé lundi n’est pas que négatif pour Organigram.

C’est qu’elle a enregistré des revenus nets de 26,9 millions $, soit près de sept fois plus que lors de la même période en 2017-2018. Cette progression coïncide avec la légalisation du cannabis récréatif, qui a eu lieu le 17 octobre.

Ses dépenses ont augmenté considérablement. Ventes et marketing, administration, rémunération du personnel avec des actions; ces éléments ont augmenté de 50 à 245%.

Organigram rapporte cependant des gains importants en matière d’efficacité. Grâce à une augmentation du rendement de ses plantes, elle a réussi à diminuer considérablement le coût tout inclus de sa production, qui est passé de 1,48$ à 0,85$ par gramme.

Produits comestibles

Dans les documents publiés lundi à l’attention de ses investisseurs, Organigram explique qu’elle poursuit l’expansion de sa production annuelle de fleurs séchées.

Elle devrait plus que tripler cette production pour passer de 36 000 à 113 000 kg d’ici à la fin de 2019.

Organigram se prépare aussi activement à la légalisation des produits comestibles infusés de cannabis, qui surviendra au plus tard en octobre 2019 au Canada.

Elle a entre autres commandé une chaîne de moulage de chocolat et a acheté une chaîne d’emballage automatisée pour les produits comestibles et d’autres produits dérivés.

De plus, elle s’est entendue avec un partenaire – l’entreprise Valens GroWorks Corporation, basée en Colombie-Britannique –  afin de produire des extraits concentrés à partir du cannabis cultivé à son usine de Moncton.