Cannabis NB: un modèle à revoir, selon le ministre des Finances

Le ministre des Finances dresse un sombre bilan des premiers mois d’activité de Cannabis NB et n’exclut pas l’idée de revoir son modèle d’affaires alors que le tiers parti dont dépend la survie du gouvernement propose carrément de privatiser la société de la Couronne.

Fredericton ne récoltera pas un sou de profit en provenance de Cannabis NB pour l’exercice financier qui s’est terminé le 31 mars. C’est ce qu’a révélé le ministre Ernie Steeves, mardi, lors de la présentation des prévisions budgétaires de son ministère.

«On avait estimé faire 1,2 million $ de profit dans le budget 2018-2019. Les montants révisés, c’est zéro. Nous essayons seulement d’atteindre le seuil de rentabilité», a déclaré M. Steeves.

Selon lui, c’est surtout le modèle d’affaires choisi par le précédent gouvernement libéral qui explique l’absence de profit l’an dernier chez Cannabis NB.

«C’est un modèle d’affaires qui ne se prête vraiment pas aux revenus. C’est un modèle d’affaires très coûteux», a-t-il dit.

Lorsque le fédéral a décidé de légaliser le cannabis à des fins récréatives, le Nouveau-Brunswick a choisi d’adopter un modèle public de distribution et de vente presque identique à celui d’Alcool NB.

La nouvelle société de la Couronne et ses 20 succursales sont donc la propriété du gouvernement. Les magasins ont ouvert leurs portes avec quatre mois plus tard que ce qui avait été prévu au moment de présenter le budget 2018-2019 en raison du retard dans l’adoption du projet de loi sur la légalisation à Ottawa.

Les progressistes-conservateurs, qui étaient alors dans l’opposition, s’étaient opposés au modèle public qu’ils jugeaient trop lourd et trop coûteux. Ils auraient préféré que la province se contente de réglementer l’industrie tout en laissant le secteur privé se charger de la vente au détail.

Aujourd’hui, le ministre des Finances se dit prêt à revoir le modèle d’affaire de Cannabis NB si les profits ne sont pas au rendez-vous à l’avenir.

«Nous devrons vraiment examiner le modèle d’affaires parce que le modèle actuel, je suis d’accord avec vous, n’est pas un bon modèle d’affaires. C’est dur de faire de l’argent avec ça. C’est trop cher à opérer», a confié M. Steeves

Fredericton s’attend à empocher 1,6 million $ en 2019-2020 grâce au profit de Cannabis NB.

Ernie Steeves répondait aux questions du chef de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, Kris Austin, qui est opposé au modèle public.

«Rouge ou bleu, je n’arrive pas à comprendre comment un gouvernement pourrait penser que c’est une bonne idée. N’est-il pas temps de privatiser Cannabis NB?», a lancé M. Austin.

Le gouvernement minoritaire du premier ministre Blaine Higgs dépend de l’appui des trois députés de l’Alliance pour demeurer au pouvoir. Le parti est également pour la privatisation d’Alcool NB.

«Je vais faire une suggestion. Privatisez ça. Il faut que le gouvernement se retire de la vente au détail. Laissez le secteur privé faire ce qu’il fait de mieux et laissez le gouvernement s’occuper des soins de santé, de l’éducation, des infrastructures et des programmes sociaux de base», a dit Kris Austin.

Malgré ses propres critiques, le ministre des Finances veut donner sa chance au coureur. Cannabis NB n’a ouvert ses portes qu’en octobre, a-t-il rappelé.

«Allons-nous le changer tout de suite? C’est difficile à dire après seulement cinq mois. J’aimerais leur donner un peu plus de temps.»

Les problèmes d’approvisionnement qui ont nui à presque tous les magasins du pays commencent tranquillement à s’améliorer et d’autres produits dérivés du cannabis deviendront légaux dans quelques mois, a souligné M. Steeves.

«J’aimerais voir ce que le cannabis comestible et le cannabis pour usage topique vont donner lorsqu’ils arriveront à l’automne. Mais nous sommes ouverts à toute suggestion, c’est sûr.»

Même en l’absence de profit chez Cannabis NB, le Nouveau-Brunswick ne restera pas les mains vides.

Fredericton s’attend à recevoir 3,6 millions $ en provenance du droit d’accise sur le cannabis pour 2018-2019. Cette taxe sur les ventes de cannabis est perçue par Ottawa qui en reverse par la suite une partie aux provinces.

En 2019-2020, le Nouveau-Brunswick devrait recevoir 8,25 millions $ grâce au droit d’accise.