L’immigration est la clef de la croissance de Moncton

L’immigration change la façon dont Moncton et son centre-ville grandissent. Les espaces à louer inoccupés sont en forte baisse et les projets se multiplient.

«L’immigration est ce qui contribue principalement maintenant à la croissance de la population de notre communauté», a lancé l’économiste David Campbell en ouverture de son allocution lors de la 42e assemblée générale annuelle de Moncton centre-ville (DMCI), mardi.

David Campbell – Acadie Nouvelle: Patrick Lacelle

De 2006 à 2016, le nombre de personnes déclarant un revenu du Régime de pensions du Canada a augmenté de 50% dans le Grand Moncton alors que le nombre de gens recevant un revenu lié à un emploi a seulement augmenté de 10% durant la même période.

«Et nous ne faisons qu’entrer dans cette vague de départs à la retraite», a rappelé M. Campbell.

Ce n’est qu’un autre symptôme du manque de main-d’œuvre qualifiée dans la région. Attirer de jeunes entrepreneurs à s’installer dans la municipalité devient donc primordial selon l’économiste, surtout au centre-ville.

«Il s’agit d’un autre exemple de l’importance de continuer à attirer des jeunes dans notre communauté afin qu’ils joignent la main-d’œuvre et opèrent des entreprises.»

Des entrepreneurs issus de l’immigration ont répondu à l’appel. De 2014 à 2018, 5000 travailleurs issus de l’immigration se sont ajoutés à la force ouvrière. Ils ont démarré une centaine d’entreprises au cours de cette période.

Il s’agit peut-être là une des raisons pourquoi il serait de plus en plus difficile de trouver un espace de bureau à louer au centre-ville de Moncton.

De 2017 à 2018, le taux d’inoccupation des bureaux au centre-ville a diminué de près de 4%, passant de 9,07% à 5,15%. En d’autres mots, la majorité des immeubles de bureaux dans ce secteur de la municipalité sont occupés. Les efforts des entrepreneurs afin d’attirer la communauté d’affaires au centre-ville semble porter ses fruits.

«Il y a eu beaucoup d’activité en lien avec les bureaux au centre-ville. Plusieurs endroits ont fait des rénovations ce qui a engendré un intérêt envers leurs espaces. Je crois que le centre Avenir a créé plus d’activités dans ce secteur du centre-ville aussi», souligne l’économiste.

Environ 20 000 personnes travaillent au centre-ville, mais seulement 4000 y vivent. Cette tendance doit être renversée. Ce sera difficile puisque les milléniaux cherchent encore de «grandes cours arrière et des barbecues».

«Nous voulons une grande concentration de la population au centre-ville comme les autres grands centres. Actuellement, le pourcentage de gens qui vivent au centre-ville est plus bas que Halifax et Fredericton, par exemple. Il faut donc une stratégie pour attirer plus de gens au centre-ville. On le fait déjà un peu avec la construction de nouveaux immeubles à logements, mais il faut y mettre l’accent.»

Une plus grande densité de population au centre-ville apporte un bénéfice économique à la municipalité qui jouira de plus de revenus sur l’impôt foncier pour la même superficie. Le cœur de la ville ne représente que 1,5% de la superficie de la municipalité alors qu’il génère 14% des revenus en impôts fonciers.

Avoir plus de gens qui habitent le centre-ville n’est pas qu’une question économique. Il s’agit aussi d’une question identitaire. Plus de citadins qui fréquentent les restaurants, qui assistent aux spectacles, qui font leur marche nocturne alimentent le dynamisme du secteur et forgent l’identité de la municipalité.

Des stratégies sont en place et des projets en cours pour attirer plus de personnes à choisir le centre-ville pour y vivre. On peut penser au FiveFive Queen, un immeuble à logements de huit étages dont la construction devrait être terminée cet été.

Le tout semble fonctionner. Le taux d’inoccupation a beaucoup aussi diminué dans le milieu de l’habitation depuis 2017 où il était de 5,8% pour le centre de la municipalité. En 2018, il est passé à 2,4%.

«Je pense que c’est surtout dû au fait que nous avons un peu plus d’immigrants. Eux, ils ont plus l’habitude de vivre dans les centres-villes parce qu’ils ont moins accès à la voiture par exemple. Pour les gens venant de l’extérieur, c’est vraiment alléchant d’avoir les services assez proches», a expliqué la directrice générale de Moncton centre-ville, Anne Poirier-Basque.

Anne Poirier-Basque – Acadie Nouvelle: Patrick Lacelle

La construction d’un autre grand projet d’immeubles à logement le long du boulevard Vaughan Harvey est aussi prévue cet été au centre-ville.

Un Hilton près du Centre Avenir

D’importants projets de construction sont en cours au centre-ville de Moncton. Hyatt construit un nouvel hôtel aux côtés du tout nouveau Centre Avenir. Bientôt, le V Hotel & Suites sera démoli pour permettre l’édification d’un hôtel Hilton en face du Crowne Plaza. Le nouvel immeuble comprendra aussi un stationnement sous-terrain.

Bientôt, le V Hotel & Suites sera démoli pour permettre l’édification d’un hôtel Hilton en face du Crowne Plaza. – Gracieuseté

«Ça bouge au centre-ville. Les gens y voient l’avantage d’y brasser des affaires», a indiqué la directrice générale de Moncton centre-ville, Anne Poirier-Basque. L’édifice historique Higgins, construit en 1901 et voisin de l’hôtel de ville, a aussi récemment été acheté. Il devrait être rénové pour répondre aux standards d’aujourd’hui.