Près de 5 millions $ pour le nouveau Centre de médecine de précision

Le gouvernement fédéral injecte plus de 4,9 millions $ afin de financer plusieurs projets au tout nouveau Centre de médecine de précision du Nouveau-Brunswick.

Ce centre, rattaché à l’Université de Moncton, ouvrira ses portes cet été. Il doit rassembler à un même endroit des chercheurs de plusieurs filiales, dont ceux de l’Institut de recherche sur le cancer (IARC). Des coordonnateurs d’équipes de recherche du Réseau de santé Vitalité s’y installeront aussi.

L’endroit doit aussi contribuer à la formation de la relève en médecine.

Pour les chercheurs de l’Université de Moncton, comme Étienne Hébert Chatelain, ce nouvel espace permettra une meilleure collaboration et un meilleur partage des connaissances entre collègues.

«On sera plusieurs à travailler dans le domaine du biomédical et de la santé. Non seulement on aura accès aux patients et à tout l’équipement de l’hôpital éventuellement, on aura aussi un accès plus facile aux collègues de l’université», a expliqué M. Chatelain, également professeur en biologie à l’Université de Moncton.

Les fonds annoncés jeudi midi par la ministre de la Santé Ginette Petitpas Taylor permettront l’achat d’équipement de recherche à la fine pointe de la technologie, comme des séquenceurs d’ADN. Les chercheurs auront donc accès à des outils spécialisés afin de faire avancer leurs projets.

«Parfois, il y a certaines analyses qu’on ne peut pas faire dans notre laboratoire. Alors, il faut aller dans un autre bâtiment à la faculté des sciences, mais quand il fait -40 avec une tempête de neige, se promener avec nos souris ou nos cellules en culture, ça se fait moins bien. Ici, tout sera là», a indiqué M. Chatelain.

Le financement permettra aussi l’embauche de «personnes hautement qualifiées» à l’IARC qui travailleront au dépistage des tumeurs et qui pourront prédire les meilleures options de traitement aux patients.

«Ce centre est un projet ambitieux. Il a fallu une décennie pour pour que l’idée devienne une réalité. Ç’a pris beaucoup d’effort de collaboration pour y arriver», a souligné le Dr Rodney Ouellette, président et directeur scientifique de l’IARC.

Pour le recteur par intérim de l’Université de Moncton, Jacques Paul Couturier, ces investissements et l’ouverture prochaine du centre sont des étapes très importantes qui contribuent à transformer l’institution acadienne.

«C’est une grande journée pour l’Université de Moncton. C’est une grande journée pour le Centre de médecine de précision. C’est aussi une grande journée pour le Nouveau-Brunswick dans son ensemble parce que ce projet transcende les frontières de la ville de Moncton», a lancé M. Couturier.

La Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick a alloué 374 000$ au projet.

Le Centre de médecine de précision est un projet dont la valeur totale est estimée à plus de 7,7 millions $.

Des locaux seront aussi disponibles pour accueillir des entreprises en démarrage spécialisées en biotechnologie.