Inondations: le Nouveau-Brunswick n’est pas encore sorti du bois

Le fleuve Saint-Jean se stabilise à Fredericton, mais continue de monter dans plusieurs communautés du Nouveau-Brunswick. Les autorités demeurent vigilantes et appellent à la prudence.

Le niveau de cet important cours d’eau a dépassé le seuil d’inondation à Clair et à Saint-Hilaire, dans le Madawaska.

Selon les experts du gouvernement provincial, la même chose devrait se produire à Edmundston mardi.

La bonne nouvelle, c’est que les choses devraient légèrement s’améliorer au cours des jours suivants, du moins si les prévisions météorologiques s’avèrent justes.

«Le niveau de l’eau dans ces régions devrait atteindre une pointe demain (mardi) et commencer à baisser pour le reste de la semaine», a affirmé le scientifique Jasmin Boisvert, lundi en conférence de presse à Fredericton.

Pendant ce temps, la situation se stabilise à Fredericton. Le fleuve est toujours sorti de son lit, mais le gouvernement croit que son niveau a atteint une pointe et qu’il va diminuer au cours des cinq prochains jours.

Le niveau du fleuve va demeurer élevé pendant encore quelques jours. – La Presse canadienne: Stephen MacGillivray

La situation est un peu moins rose plus au sud. Plusieurs communautés devraient voir l’eau continuer à monter au cours des prochains jours. C’est le cas de Maugerville, de Jemseg, de Grand Lake et de Saint-Jean, entre autres.

Mince consolation pour les résidents du Sud-Ouest; les experts ne pensent pas – du moins pas pour l’instant – que les niveaux historiques de l’année dernière seront atteints.

«Jusqu’à maintenant, il semble qu’il ne va pas dépasser celui de 2018. Par contre, je dois rappeler que ceci dépend de la météo, qui peut toujours changer», a affirmé le scientifique Jasmin Boisvert.

Le parc Carleton de Fredericton. – La Presse canadienne: Stephen MacGillivray

Le directeur de l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick, Greg MacCallum, a pour sa part fait preuve d’un optimisme prudent face au ralentissement de la montée des eaux, mais a appelé à la prudence.

«Ce n’est pas le temps de baisser notre garde ou d’abandonner les efforts visant à assurer la sécurité des individus et des biens. Le niveau du fleuve va demeurer très élevé pour un nombre de jours. Et dans certains secteurs, il n’a pas atteint son niveau maximal probable.»

Lundi, une partie du réseau routier de l’ouest du Nouveau-Brunswick demeurait paralysé.

Soixante-neuf routes étaient complètement ou partiellement sous l’eau. De ce nombre, 44 étaient fermées à la circulation.

Soixante-neuf routes étaient complètement ou partiellement sous l’eau. – La Presse canadienne: Stephen MacGillivray

Un centre d’accueil ouvre ses portes à Fredericton

La Croix-Rouge a élu domicile au Centre communautaire Sainte-Anne de Fredericton afin d’accueillir les personnes affectées par les inondations.

Une porte-parole de l’organisme a fait savoir, lundi, que des gens ont fréquenté le centre d’accueil, mais que personne n’a encore dormi sur place jusqu’à maintenant.

Elle a aussi rapporté que 73 résidences et 198 individus ont été inscrits auprès de la Croix-Rouge jusqu’à maintenant. n

Des résidents évacués par l’armée dans le Sud-Ouest

Les soldats de la base de Gagetown déployés dans le sud-ouest de la province, dimanche, étaient toujours à l’oeuvre lundi.

Leur officier, le major Kayne Carr, explique que ses troupes ont surtout rempli et installé des sacs de sable dans cinq secteurs de la région jusqu’à maintenant.

«Dans les secteurs où le temps de faire cela est déjà passé, on aide aussi à s’assurer que les résidents se portent bien. On fait du porte-à-porte, on s’assure que tout le monde est OK, on vérifie s’ils ont besoin d’aide», a-t-il dit en entrevue téléphonique avec l’Acadie Nouvelle.

Le major Carr rapporte que des soldats sont même intervenus à quelques reprises – à la demande des autorités – afin d’évacuer des résidents à bord d’un véhicule blindé léger. Les interventions ont eu lieu pour la plupart dans la région d’Oromocto.

«On a évacué environ de cinq à six familles jusqu’à maintenant. Et je sais que les évacuations se poursuivent aujourd’hui (lundi), alors ce nombre pourrait augmenter. Je m’attends à ce qu’il augmente au cours des prochains jours, avec la montée des eaux dans certains secteurs.»

Les forces armées ont tout d’abord déployé 120 soldats dans la région, dimanche. Selon le directeur de l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick, Greg MacCallum, leur nombre a augmenté depuis et était d’environ 200, lundi.