Le prix de l’essence s’approche d’un sommet historique

Le prix de l’essence au Nouveau-Brunswick s’approche du seuil historique de 142,7 cents le litre, et ce, même si le prix du baril de pétrole est 50$ plus bas qu’à l’époque où le record a été établi.

Le prix de l’essence dans la province a subi une 13e hausse consécutive, la semaine dernière, atteignant le niveau le plus élevé en cinq ans à 138,1 cents le litre.

Avec une hausse de presque 35 cents le litre depuis février, le propriétaire d’un véhicule ayant un réservoir d’essence de 50 litres paie 17$ de plus pour faire le plein.

Si la tendance se maintient, le prix de l’essence dépassera au cours des prochaines semaines le record de 142,7 cents le litre établi en avril 2014. La nouvelle est remarquable si l’on considère qu’à l’époque, le prix du baril de pétrole était d’environ 105$, alors qu’il se situe aujourd’hui autour des 65$.

«Nos clients sont amers. Les hausses ont lieu au temps de l’année où on fait nos déclarations d’impôt et certains apprennent qu’ils doivent beaucoup d’argent. C’est un temps difficile de l’année pour voir des hausses», affirme Danny Wilson, copropriétaire de la station-service Race Trac à Moncton.

Depuis 2014, il y a eu deux hausses des taxes sur l’essence.

En 2015, le gouvernement provincial de Brian Gallant a haussé son taux de taxe de 1,9 cent le litre. Tout récemment, le gouvernement fédéral a imposé sa taxe sur le carbone de 4,4 cents le litre aux conducteurs de la province.

Ainsi, pour chaque litre d’essence acheté au Nouveau-Brunswick, un conducteur paie près de 50 cents en taxes.

«Les consommateurs qui conduisent régulièrement, que ce soit pour travailler ou pour récupérer les enfants à l’école, ainsi que les petites entreprises, ressentiront l’impact le plus important de ces augmentations», mentionne Sarah Morrison, syndic autorisée en insolvabilité chez Grant Thornton Limited.

«La taxe sur le carbone peut également influer sur le coût des articles de la vie courante, notamment des aliments. L’impact exact de la taxe sur le carbone sur les prix des denrées alimentaires reste inconnu pour le moment, mais la hausse des prix de l’essence fera sans aucun doute augmenter le prix de tout ce qui n’est pas produit localement.»

En plus de la taxe fédérale sur le carbone, une série de facteurs expliquent la hausse soudaine du prix du litre de sans-plomb des trois derniers mois.

D’abord, il y a chaque année une hausse saisonnière du prix de l’essence due à une augmentation de la demande des conducteurs et l’ajout d’un additif prévenant l’évaporation de l’essence dans les températures plus chaudes. Les cinq dernières années, le prix de l’essence a grimpé de 18 cents le litre, en moyenne, avec l’arrivée du printemps.

Une partie de la hausse du prix de l’essence est également due au fait que la valeur du dollar canadien a diminué comparativement à celle du dollar américain, passant d’environ 0,76 $US en février à 0,74 $US aujourd’hui.

La hausse des prix de l’essence coïncide également avec une augmentation du prix du pétrole brut. Après avoir atteint 45$ le baril, au Nouvel An, il se situe au-dessus des 60$ le baril depuis avril.

C’est en se comparant qu’on se console. À Vancouver, les conducteurs font face aux prix de l’essence les plus élevés de l’histoire en Amérique du Nord. La semaine dernière, le prix moyen dans la région métropolitaine de la côte ouest a atteint 172,9 cents le litre, selon Gasbuddy.

En fait, à 134,5 cents le litre, le prix moyen de l’essence dans les succursales du Nouveau-Brunswick est tout près de la moyenne nationale, qui est de 133,6 cents le litre.

«On nous a appris l’an dernier que nous verrions d’importantes hausses du prix de l’essence en 2019. Mais comparativement aux autres provinces, nous sommes assez compétitifs», remarque M. Wilson.

Vers une 14e hausse en 13 semaines

Une autre hausse des prix à la pompe, une 14e en 13 semaines, est prévue jeudi au Nouveau-Brunswick. Un analyste prévoit cependant un répit dans les semaines à venir.

Dans son analyse hebdomadaire du marché de l’essence, l’analyste Dan McTeague prédit une augmentation du prix de l’essence de 1 cent le litre au Nouveau-Brunswick et dans le reste des Provinces atlantiques cette semaine.

Des calculs effectués par l’Acadie Nouvelle à partir de données de contrats à terme du marché NYMEX laissent quant à eux prévoir une augmentation de 1 à 2 cents le litre.

La Commission de l’énergie et des services publics établit de nouveaux prix maximums des produits pétroliers chaque jeudi à 0h01. D’ici là, le prix maximum de l’essence ordinaire libre-service avec frais de livraison est 138,1 cents le litre. Il s’agit du prix le plus élevé en près de 5 ans. Le prix record, établi en avril 2014, est de 142,7 cents le litre.

Selon M. McTeague, les conducteurs du Canada pourraient enfin avoir droit à un répit à la pompe dans les prochaines semaines.

«Le marché de l’essence et le prix que nous payons à la pompe subiront probablement une baisse, malgré des sanctions additionnelles du gouvernement de Donald Trump sur le pétrole iranien.»

Mardi avant-midi, les prix les plus bas de l’essence au Nouveau-Brunswick, selon Gasbuddy, étaient au Costco de Moncton et au Wilson’s de Shediac, à 127,9 cents le litre. Les prix les plus élevés, toujours selon Gasbuddy, étaient à Woodstock, à Tracadie et à Saint-Arthur, où au moins un poste d’essence affiche un prix au-dessus du maximum de 138,1 cents le litre.

Il est à noter que les stations-service peuvent imposer un frais de 3 cents le litre pour l’essence avec service.

Le prix moyen de l’essence au Nouveau-Brunswick est 134,6 cents le litre, ce qui est légèrement sous la moyenne nationale de 134,4 cents le litre. Les prix les plus élevés sont en Colombie-Britannique, à 144,3 cents le litre en moyenne, alors que les plus bas sont en Alberta, à 123,3 cents le litre.

Les prédictions sur l’essence ne tiennent pas compte de facteurs imprévisibles comme des phénomènes météorologiques graves et des changements soudains du prix du pétrole sur les marchés mondiaux. Elles ont été établies en se servant des données les plus récentes disponibles. Elles doivent néanmoins être considérées avec prudence.

Les données du marché NYMEX ont été obtenues sur le site internet barchart.com.