Transfert des routes: Tracadie refuse «les miettes» de Fredericton

La Municipalité régionale de Tracadie a enfin eu une réponse du gouvernement Higgs concernant l’entretien des routes qu’elle a acquises depuis le regroupement Ensemble vers l’avenir. Mais la somme offerte par Fredericton est «inacceptable», a dénoncé le maire Denis Losier.

Le ministère des Transports et des Infrastructures a envoyé une correspondance à la ville, vendredi. Il propose un montant de 4,6 millions $ pour la gestion de plus de 200 kilomètres de routes dans les anciens DSL du territoire.

«Des miettes», a indiqué le maire, en ramenant sur le tapis – ou sur l’asphalte, c’est selon – une récente étude d’une firme d’ingénierie, datant de 2016, qui a établi une estimation de près de 25 millions $.

Devant cette intention nettement insuffisante à leurs yeux, les élus ont recommandé unanimement son rejet, lundi. Ils exigent de plus une rencontre dans les plus brefs délais avec les responsables du ministère afin de négocier, si possible, une entente beaucoup plus généreuse.

«On s’attend à quelque chose de nettement mieux», a indiqué le maire Losier.

Il y a un mois, la Municipalité régionale de Tracadie avait clairement indiqué qu’elle refuserait d’accepter le transfert des routes des DSL sans l’argent de Fredericton. Elle a été surprise d’apprendre, dans la lettre de vendredi, que le transfert était déjà fait.

«Quand j’ai dit à la table du conseil qu’on n’accepterait pas ce transfert sans argent, certains ont tenté de minimiser les choses. Ils me trouvaient alarmiste. Mais je savais ce qui s’en venait. Avec la lettre du ministère, le conseil a vu que ce que je disais était vrai», a ajouté l’élu, qui soutient également que les réparations récentes de certaines routes dans les DSL du territoire sont nettement en deçà de la qualité attendue.

«Nous avons maintenant plus de 510 km de routes à nous occuper avec un budget de 14 millions $. Comment va-t-on y arriver à long terme?», a-t-il signifié.

Déchets

Par ailleurs, la Municipalité régionale de Tracadie risque de se retrouver bien seule mercredi soir dans le dossier de la gestion des déchets solides dans la Péninsule acadienne.

La Commission des services régionaux de la Péninsule acadienne prépare une réunion extraordinaire à Saint-Isidore avec un seul point à l’ordre du jour.

Les élus municipaux et les représentants des DSL auront à se pencher sur une résolution portant sur la continuité du projet de créer une flotte, mais cette fois sans la participation de Tracadie.

Comme il ne s’agit pas d’un vote portant sur les règlements administratifs ou encore sur un item financier – qui demande un appui représentant les deux tiers de la population de la région -, la MRT perd son droit de veto.

Le maire Losier a rappelé la position de la Ville de rejeter la demande d’autorisation d’emprunt de 3,13 millions $ de la part de la CSR-PA auprès de la Commission d’emprunt de capitaux par les municipalités. Il n’apprécie pas l’idée que les membres de la CSR puissent dorénavant travailler sans la MRT.

«À ce que je sache, nous faisons toujours partie de la CSR-PA et ce n’est pas nous qui la menaçons. C’est plutôt la CSR qui nous accule au pied du mur. A-t-elle le pouvoir de nous exclure? A-t-elle le pouvoir de nous imposer sa façon de faire?», a indiqué le maire, en rappelant que sa municipalité a demandé un avis légal sur la question.