Inondations: Fredericton offrira jusqu’à 160 000$ aux sinistrés

Le gouvernement provincial lance un programme d’aide financière pour les sinistrés des inondations printanières. Les propriétaires des maisons touchées pourront toucher jusqu’à 160 000$. Des rachats seront aussi offerts à certains d’entre eux.

Le ministre de la Sécurité publique, Carl Urquhart, en a fait l’annonce en conférence de presse, vendredi après-midi à Fredericton.

Fredericton offrira une aide maximale de 160 000$ aux propriétaires de maison pour effectuer des travaux structurels qui ne sont pas couverts par leur assureur.

Ils devront payer une franchise de 1000$ (sauf s’ils sont bénéficiaires de l’aide sociale). Il s’agit des mêmes sommes que celles offertes dans la foulée des inondations printanières de 2018.

Le gouvernement Higgs a cependant décidé d’augmenter considérablement le montant maximal des paiements anticipés (qui sera déduit de la valeur totale de l’aide accordée). Il passe de 4000 à 15 000$.

«Les demandeurs antérieurs nous ont dit que l’accès à plus de financement anticipé les aurait aidés à accélérer leur retour à la maison», a affirmé le ministre Urquhart.

Quant aux propriétaires de petites entreprises et aux gestionnaires d’organismes sans but lucratif, ils pourront obtenir jusqu’à 500 000$. Leur franchise sera fixée à 5000$.

Les personnes, entreprises et organismes sans but lucratif qui pensent être admissibles à cette aide ont jusqu’au 15 juin pour signaler les dommages à la province. Ils auront ensuite jusqu’au 30 août pour déposer une demande d’aide financière.

Des rachats offerts à certains propriétaires

Alors que le fleuve Saint-Jean redescend lentement, après avoir inondé de nombreuses communautés pour la deuxième année consécutive, Fredericton encouragera certains sinistrés à s’établir ailleurs.

Dans les cas où les dommages structuraux dépassent 80% de la valeur du bien immobilier, la province offrira de la racheter à sa juste valeur marchande.

S’ils acceptent l’offre – qui sera soumise aux mêmes plafonds que l’aide financière afin d’effectuer des réparations – le bien sera démoli.

S’ils refusent l’offre d’achat et qu’ils décident de réparer leur bien lourdement endommagé avec l’aide du gouvernement, ils devront se débrouiller par leurs propres moyens s’ils sont à nouveau victimes de la montée des eaux.

«Dans ce cas, ils prennent l’argent, ils réparent leur bien et ils ne peuvent plus jamais revenir voir le gouvernement pour obtenir de l’aide financière», a affirmé Lisa Munn, gestionnaire des services de rétablissement au ministère de la Sécurité publique.

Elle a indiqué que ces conditions visent avant tout à réduire les risques au cours des prochaines années.

«C’est pour faire en sorte que les gens ne sont plus en danger. Et c’est aussi pour protéger les premiers répondants qui doivent aller les évacuer chaque fois (que le fleuve Saint-Jean sort de son lit). C’est une question de sécurité.»