Urgence climatique: plus de 200 manifestants réunis à Moncton

Moncton a été le théâtre d’une manifestation sur l’urgence climatique vendredi midi, à l’instar de plusieurs villes canadiennes.

Tambours, pancartes et slogans étaient au rendez-vous. Plusieurs manifestants portaient des carrés verts semblables aux carrés rouges qui ont été portés par les étudiants pendant leur grève de 2012 au Québec.

Les quelque 200 contestataires ont fait connaître leur mécontentement face aux changements climatiques devant l’hôtel de ville de Moncton, vendredi.

Le jeune Yannick Godin, élève de l’école Mathieu-Martin de Dieppe, a profité de la journée ensoleillée pour venir manifester avec ses camarades de classe.

«Pour nous, ce qui est important, c’est de permettre à la génération future de pouvoir vivre la belle vie qu’on vit. C’est important que la planète reste en santé», lance le jeune par-dessus le tintamarre.

La mairesse Dawn Arnold s’est brièvement éclipsée d’une réunion pour démontrer son appui aux manifestants.

La mairesse Dawn Arnold a pris la parole pour appuyer les manifestants devant l’hôtel de ville de Moncton, vendredi. – Acadie Nouvelle: Alexandre Boudreau

«C’est important, parce que les effets du changement climatique sont si forts au niveau municipal en ce moment», dit Dawn Arnold de la manifestation avant de se joindre à la foule.

La manifestation a tonné devant l’hôtel de ville un mois après que le conseil municipal ait déclaré l’état d’urgence climatique.

Pierre Boudreau, conseiller général de Moncton, est à l’origine de cette initiative. Selon lui, le temps presse pour agir.

«Je suis extrêmement fier de nos jeunes et moins jeunes qui sont réunis ici. Ça fait du bruit, mais ça prend du bruit pour réveiller les gens», glisse le conseiller entre les cris de la foule.

«Dans l’histoire humaine, il y a eu des moments où la désobéissance civile était non seulement nécessaire, mais exigée pour corriger les problèmes (auxquels) on faisait face. On est rendus là. Les gouvernements n’écoutent pas», affirme Pierre Boudreau en entrevue.

Cependant, au chapitre des actions concrètes, Moncton tarde toujours elle aussi. Pierre Boudreau dit par contre que les employés de la Ville s’y attellent.

«Tous les départements sont au courant (de l’urgence) et travaillent pour que des changements spécifiques soient apportés au conseil pour qu’on puisse les mettre en vigueur d’ici un an», assure Pierre Boudreau.

Il estime notamment que les dossiers du transport en commun et de l’utilisation excessive de matériaux plastiques sont prioritaires.

Des manifestantes n’ont pas manqué de créativité. – Acadie Nouvelle: Alexandre Boudreau

Le conseil de Moncton se penchera à nouveau sur le dossier des sacs de plastique lors de la réunion du 3 juin.

Malgré une bonne participation à la manifestation, il est difficile d’être satisfait avant que les gouvernements passent à l’action pour Antoine Zboralski, l’un des organisateurs de la manifestation de vendredi et président de l’organisme environnementaliste étudiant Symbiose.

«On attend de voir ce qui va se passer au conseil municipal de lundi (6 mai). C’est difficile d’être satisfait vu la situation actuelle. Je comprends que la mairesse de Moncton a vraiment envie de faire des efforts pour améliorer la situation, et son conseil municipal ne l’aide pas forcément dans cette optique-là. J’espère que ça va avancer dans le bon sens», dit Antoine Zboralski.

Un représentant de l’organisme se prononcera contre la construction d’un énième terrain de stationnement dans le centre-ville lors de la prochaine réunion du conseil municipal.

Antoine Zboralski, président de l’organisme environnemental Symbiose, a organisé la manifestation. – Acadie Nouvelle: Alexandre Boudreau

Antoine Zboralski ajoute que les citoyens de Moncton peuvent s’attendre à d’autres manifestations de la part de l’organisme étudiant.