Un cri du coeur pour une chercheuse de Moncton atteinte d’un cancer

Caroline Jose, chercheuse à l’Université de Moncton, avait fait sa thèse de doctorat sur la biologie du cancer. Dix ans plus tard, par un coup funeste du sort, elle se trouve elle-même confrontée à cette maladie. Et pas de n’importe quel type: un cancer inflammatoire du sein, l’un des plus coriaces et les plus mortels qui soit. Du jour au lendemain, cette mère célibataire de deux jeunes enfants – dont l’un qui est autiste – voyait sa vie basculer, en plus de se retrouver sans le sou.

André Gaudreau, un retraité québécois de Sherbrooke, connaît Caroline Jose depuis quelques années. Les deux se sont croisés notamment lors de séances de mentorat à Moncton – M. Gaudreau s’implique auprès de différentes chaires de recherches sanitaires comme patient-partenaire et conférencier au sein de l’association Action Diabète Canada.

Il y a environ trois semaines, il s’est entretenu au téléphone avec celle qui est désormais son amie. C’est à ce moment qu’elle lui a annoncé la mauvaise nouvelle.

«Elle m’a dit qu’elle devait arrêter de travailler pour au moins un an en raison de son cancer et qu’elle devait donc remettre tous les projets de formation et de coaching auxquels nous devions participer ensemble», raconte André Gaudreau, qui signe également un blogue au sujet du diabète sous le nom d’André Positif (andrepositif.blogspot.com).

Comme l’emploi de Caroline Jose lui confère un statut de travailleuse autonome et qu’en plus, elle est mère monoparentale d’un garçon atteint d’autisme et d’une fille en bonne santé, elle se trouve donc avec très peu de moyens financiers, hormis une petite assurance-maladie gouvernementale. Certains proches l’aident sur le plan de la gestion familiale depuis qu’elle a entrepris ses traitements de chimiothérapie, mais elle demeure pour ainsi dire sur la paille, confie André Gaudreau.

«Je me suis dit que ça n’avait pas de bon sens de rester là à ne rien faire. Caroline a une situation familiale difficile et en plus elle doit composer avec des traitements très agressifs qui minent son énergie. Elle subira éventuellement une mastectomie complète. Je sais que c’est une battante et qu’elle va tout faire pour s’en sortir, mais elle a beaucoup de pression actuellement et je veux l’aider à pouvoir se concentrer sur sa santé.»

André Gaudreau a donc mis sur pied une campagne de sociofinancement sur le site GoFundMe (www.gofundme.com/aidezmoi-a-apporter-un-soutien-a-caroline), avec pour objectif initial d’amasser 15 000$ en son nom. Jusqu’ici, la campagne a permis de récolter un peu plus de 4600$.

«Mon but, c’est carrément de faire en sorte qu’elle puisse mettre de la bouffe sur la table pour elle et ses enfants et lui enlever un peu de pression. Déjà que depuis quelques jours, son fils autiste semble commencer à réagir à la maladie de sa maman; il a fait plusieurs crises entre autres à l’école. Elle doit aussi veiller sur lui ainsi que sur sa petite fille», signale André Boudreau.

S’il trouve dommage que sa camarade ne puisse bénéficier de davantage de soutien gouvernemental, il espère au moins que sa campagne de sociofinancement fera mouche auprès de la population et que certains philanthropes se manifesteront.

«Nous essayons d’être blindés pour la campagne et faire en sorte qu’elle puisse passer à travers sa maladie le plus sereinement possible. Tout l’argent amassé lui va directement; je fais tout ça de manière totalement bénévole. Moncton a la chance d’avoir une brillante chercheuse dans le domaine de la santé; ce serait bien dommage pour l’ensemble de la communauté de la perdre», exprime-t-il en guise de cri du coeur.