Dieppe: prendre l’autobus sera gratuit pour les jeunes

À compter de juillet, les jeunes de 17 ans et moins pourront bientôt rouler gratuitement dans les autobus de Codiac Transpo à Dieppe.

Ce projet pilote, qui durera 12 mois, a été adopté lors de la réunion du conseil municipal, lundi.

Le permis ne sera valide qu’à l’intérieur des limites de la ville et les jeunes ne pourront pas obtenir de billets de transfert vers une autre destination à partir d’un trajet gratuit.

Le maire de Dieppe, Yvon Lapierre, veut que les jeunes de la ville utilisent davantage le transport en commun.

«C’est pour créer une habitude chez les jeunes de prendre le transport en commun. (On veut) réduire notre empreinte carbone», dit le maire en entrevue lundi soir.

Il espère que les jeunes continueront d’utiliser le transport en commun même après avoir dépassé l’âge de la gratuité.

Des laissez-passer séparés seront accordés aux enfants de 11 ans et moins et aux enfants de 12 à 17 ans, afin de déterminer quels jeunes peuvent prendre l’autobus sans l’accompagnement d’un adulte.

Si le projet pilote se poursuit, les jeunes détenteurs de permis perdront l’accès gratuit au transport en commun le 31 août de l’année de leur 18e anniversaire.

Les coûts associés au projet seront absorbés par la Ville de Dieppe au sein du financement accordé annuellement à Codiac Transpo, selon le maire.

Yvon Lapierre affirme que cette initiative s’inscrit au chapitre des «actions concrètes» de la Ville sur le dossier des changements climatiques. Il explique qu’une utilisation accrue du transport en commun sert à réduire l’émission de gaz à effet de serre.

Le conseil municipal a aussi adopté la création de stationnements désignés «parcs relais», où les automobilistes sont encouragés à stationner leur voiture près du centre-ville pour marcher ou pour faire du covoiturage.

Luc Richard, directeur du service de la performance organisationnelle de la Ville de Dieppe, a travaillé sur le projet de la gratuité des autobus pour les jeunes.

Il explique qu’un projet d’essai similaire avait été mené dans le Grand Moncton au complet il y a deux ans, et que l’achalandage était au rendez-vous.

Cela laisse présager une bonne utilisation des passes gratuites, selon lui.

«On pense qu’il y a un intérêt pour le transport en commun et qu’il y a un besoin pour ça», dit Luc Richard.

Il explique que les villes de Moncton et Riverview surveilleront de près l’utilisation du nouveau programme à Dieppe.