DOSSIER – Les influenceurs acadiens du web

Ils sont youtubeurs, instagrameurs, streamers… Créer du contenu pour ces nouveaux médias est aujourd’hui leur profession à part entière. L’Acadie Nouvelle vous propose les portraits de trois Néo-Brunswickois devenus des icônes vendeuses de rêve et d’émotions, et de plus en plus courtisées par les annonceurs.

Auparavant, l’influenceur était la vedette de cinéma ou l’égérie d’une marque de luxe. En 2019, c’est peut-être un voisin ou un ami passionné et populaire sur les médias sociaux.

Mais que fait-il au juste? En gros, l’influenceur est une personne qui se sert des réseaux sociaux pour créer une audience qui apprécie son mode de vie, sa personnalité, son physique ou ses talents.

Il travaille à créer du contenu accrocheur, à construire son image et à agrandir son réseau, ce qui lui permet de décrocher des collaborations rémunérées.

Le secteur commence à se professionnaliser et les grandes marques dégainent leur chéquier pour s’offrir leurs services. Le plus souvent, l’influenceur reçoit un produit qu’il doit promouvoir accompagné d’une charte à respecter ou de mots clés à utiliser et c’est à lui de créer son contenu.

L’agence de marketing Mediakix estime qu’en 2019, les entreprises dépenseront près de 6,3 milliards $ pour financer des collaborations avec des créateurs de contenu sur Instagram, YouTube ou Twitch. Une manne financière qui profite à ceux et celles qui ont su s’en saisir.

La belle histoire de Sweet Spot Squad

Trois jeunes vidéastes de la Péninsule acadienne semblent en tout cas avoir trouvé la bonne recette. Lancée il y a trois ans, la chaîne Youtube SweetSpotSquad totalise aujourd’hui près de 68 millions de visionnements.

Avec leurs tours d’habileté et leurs vidéos humoristiques sur le hockey, le tennis, le soccer ou le golf, Frédérik Jones, Francis St-Coeur et Jean-Maxime Robichaud ont très vite gagné en popularité sur la plateforme.

Grâce à Youtube, le groupe de vidéastes acadiens Sweet Spot Squad a accès à un auditoire planétaire. – Gracieuseté

«Ça a bien marché dès le début, la première vidéo a pogné au-delà de 50 000 visionnements, se souvient Frédérik Jones. On a mis beaucoup d’efforts pour trouver des idées et publier des vidéos aux deux semaines. C’est avec cette constante-là qu’on a pu construire une audience et se rendre où on en est aujourd’hui.»

Suivis par 243 000 abonnés, les vidéastes seront bientôt en mesure de vivre entièrement de leur chaîne. Leur objectif pour 2019: produire une vidéo par semaine et faire de Youtube leur travail à temps plein avant la fin de l’année.

«Je ne pouvais pas imaginer ça. Au début je rêvais d’avoir quelques milliers de vues, je suis très heureux de voir où on en est rendus. Ça prend beaucoup de persévérance, c’est difficile de percer sur Youtube parce qu’il y a tellement de vidéos publiées chaque jour. Il faut aussi que tu aimes ce que tu fais, si tu le fais juste pour l’argent ça ne fonctionnera pas.»

L’équipe tire un petit salaire des revenus publicitaires de la plateforme. Il arrive aussi que des entreprises veuillent acheter leurs vidéos. Ainsi la société Atcon, spécialisée dans les traitements et les produits de soins oculaires, les a payés pour intégrer leurs exploits dans une de ses publicités.

Les trois compères sont également sollicités par des commanditaires qui leur proposent de faire du placement de produits: Tim Hortons, Air Miles, Sport Excellence, HockeyShot, Red Bull, Budweiser, Merrell, pour n’en citer que quelques-uns.

La chaîne Youtube SweetSpotSquad totalise aujourd’hui près de 68 millions de visionnements. – Gracieuseté

«Les plupart du temps ce sont les compagnies qui nous approchent et nous, on essaie d’incorporer leur marque ou leur produit dans nos vidéos», précise Frédérik.

Pour les annonceurs, cette stratégie a l’avantage de toucher un public très ciblé, souvent convaincu et disposé à acheter le produit, mais aussi de s’adresser à une audience jeune et peu adepte des canaux classiques.

«Sur Youtube, tu peux avoir une très bonne idée de ton audience. La majorité de ceux qui regardent nos vidéos sont des adolescents de 12 à 18 ans, intéressés par le hockey. C’est très intéressant pour une entreprise qui vend de l’équipement sportif par exemple», explique Frédérik Jones.

Quelles ont été les clefs de ce succès? «Le défi, c’est de se renouveler et continuer de trouver des idées originales, confie le vidéaste. Et puis c’est important de garder contact avec le public, de répondre aux questions, de donner des nouvelles aux gens qui nous suivent. Il faut toujours maintenir ce lien-là.»

Faire de son passe-temps un métier

Janik Robichaud fait partie de l’écosystème florissant des influenceurs. Grâce aux médias sociaux, elle peut vivre de sa passion pour la photographie et les voyages.

Il y a deux ans, la jeune femme de Dieppe a décidé de se lancer à fond dans son occupation de photographe. Sur Instagram, les clichés de ses nombreux voyages et de ses activités en plein air sont suivis par 8491 internautes.

Janik Robichaud s’est fait connaître en partageant son mode de vie et ses aventures à l’étranger. – Gracieuseté

Grâce à cette formidable vitrine, elle cumule contrat sur contrat, et arrive à en vivre.

«Ça m’a vraiment aidé à me faire connaître. De plus en plus de gens voyaient mon ouvrage et m’approchaient, raconte-t-elle. Il ne faut pas se décourager, ça prend du temps pour en arriver là! Travailler de 9h à 17h, ce n’était pas pour moi. Je voulais être mon propre patron, trouver ma niche, avoir une liberté…»

Si les mariages restent son fonds de commerce principal, Janik Robichaud réalise de plus en plus de partenariats aux quatre coins des Maritimes. L’organisme de promotion touristique Expérience Acadie, la ville de Shediac ou Treetop Heaven, une entreprise d’hébergement haut de gamme à l’Île-du-Prince-Édouard ont eu recours à ses services.

Janik Robichaud est influenceuse sur Instagram. – Gracieuseté

Des entreprises comme Starbucks, McDonald, Moosehead, la rémunèrent également pour une photo ou une vidéo contenant un placement de produits.

«Par exemple, Moosehead m’a envoyé un paquet avec des bouteilles, un bandana et des lunettes de soleil. Moi je devais faire une story sur Instagram en montrant le produit et en les remerciant et eux me donnaient de la visibilité en partageant ma publication. Les gens qui me suivent depuis longtemps auront plus tendance à m’écouter et acheter que si c’était une publicité classique.»

C’est donc bien au niveau du lien de proximité entre elle et son public que se joue son influence. Les consommateurs vont plus facilement se fier aux recommandations d’une personne qu’ils jugent crédible et dans laquelle ils s’identifient.

«Il y a beaucoup de personnes qui me questionnent sur mes voyages. Il ne faut pas les ignorer, ils apprécient si tu maintiens ces relations et que tu aimes leurs photos, souligne la photographe. Il faut aussi prendre les photos, les éditer… tout ça prend beaucoup plus de temps que les gens le pensent!»

Les influenceurs sont en quelque sorte des modèles pour une partie de leur communauté à la recherche d’inspiration en matière de style vestimentaire, de nouvelles recettes, ou de destinations de voyage. Pas question donc d’accepter n’importe quelle publicité.

«Il faut faire un choix et respecter tes valeurs. Si ce que fait une entreprise ne me représente pas, si je ne crois pas dans ce qu’ils font, je refuse», assure Janik Robichaud.

Des arts martiaux mixtes à Instagram

Chaque matin, Dan Fowler se lève avec une idée en tête: soulever des poids et sculpter son corps. Plus larges seront ses épaules, plus gros seront ses biceps, plus grande sera son audience.

Ancien combattant d’arts martiaux mixtes, l’athlète de Moncton s’est converti au culturisme il y a quelques années. Celui que l’on surnomme Hitman est désormais suivi par plus de 91 400 utilisateurs d’Instagram.

Devenir une image de marque, c’est bien plus que poster une photo, confie-t-il. L’amateur de musculation passe près deux heures par jour sur Instagram. Rien n’est laissé au hasard.

Dan Hitman Fowler est suivi par plus de 91 400 utilisateurs d’Instagram. – Photo tirée d’Instagram

«Cela prend du temps de penser à chaque publication, à la photo, au message. Ça devient de plus en plus professionnel. Je passe beaucoup de temps à me créer un réseau. Il faut que les gens sachent que tu existes, et ça passe par beaucoup de publications, d’interactions, de commentaires…»

Depuis quelques mois, Dan Fowler multiplie les collaborations avec de nouveaux commanditaires. Il vante les mérites de marques de vêtement, de compléments alimentaires ou d’équipements sportifs, et fait la promotion d’un producteur d’huile de CBD et d’une clinique de physiothérapie.

«Aujourd’hui les entreprises me donnent de l’argent et de produits… Je ne gagne pas complètement ma vie comme ça mais ça m’aide beaucoup et je pense que va continuer de s’améliorer dans le futur.»

Sa force est de posséder une audience qui l’écoute pour son expertise dans son domaine.

«Je fais uniquement la promotion des entreprises dans lesquelles je crois, lance-t-il. Mon contrat avec Believe Supplements m’oblige à deux publications par mois et trois stories par semaine. Avec Jed North, c’est une photo par semaine.»

Reste qu’à ses yeux, voir dans la glace le résultat d’années de culturisme est la plus grande des récompenses.

«J’ai toujours été très compétitif! C’est un mode de vie à temps plein, tout le monde ne peut pas passer autant de temps au gym, manger sept repas par jour et se lever au milieu de la nuit pour un shake de protéines avec du blanc d’oeuf!»